Paris, le 22 novembre 2014





La monnaie a été une innovation économique majeure dont la perpétuité est difficile à mettre en doute aujourd'hui, même sous la façon dénaturée où nous la connaissons.

Ses premières formes (en marchandises animées ou inanimées) ont vraisemblablement contribué à cacher longtemps le fond perpétuel.

Le fond est de permettre à qui que ce soit, à la personne juridique physique, d'offrir des choses, des marchandises qu'elle possède en propriété (à commencer par son travail), de les céder pour acquérir en échange, pour demander en échange des marchandises qu'elle préfère.

Et tout cela n'a que faire de la "rationalité" si chère à beaucoup de savants économistes, seulement de la préférence de chacune des personnes juridiques physiques pour des marchandises qui va de pair avec l'équilibre économique.


1. La diminution du coût de l'échange.

Si l'échange entre offre et demande de marchandises peut être direct, la monnaie n'a pas de raison d'être, elle n'a pas à intervenir.

Si, au contraire, l'échange ne peut pas être mené, c'est qu'il y a un "coût" que les personnes juridiques physiques devraient nommer ainsi et donnent à ce qu'elles voudraient faire.

Le coût, notion de théorie économique (cf. Marget, 1935 ou Buchanan, 1969), recouvre, malheureusement à la place, des mots de rhétorique "au mauvais sens du mot" comme incapacités juridiques, techniques et économiques de chaque personne juridique physique (sigle P.J.P.) pour échanger une marchandise contre une autre.
Ces mots détournent l'attention et conduisent au désert ou au chaos.

Bref, économiquement, ce qu'on dénomme "monnaie" aujourd'hui (sigle "C.Q.D.M.A.") contribue à diminuer le coût de l'échange propre à chaque P.J.P.


2. L'échange comparatif.

Comparé à l'échange direct impossible et par conséquent trop coûteux, le principe de l'échange indirect, avec monnaie, conduit à divers résultats:
- à des échanges aboutis de marchandises, moins coûteux,
- à des prix en monnaie des marchandises,
- à des quantités de monnaie unitaires,
- à une quantité de monnaie totale,
- à des gains des échangistes et
- à une possibilité de comptabilité pour enregistrer les échanges effectués (à partir de l'unité de la quantité de monnaie prise pour unité de compte).

Pour autant, des échanges avec monnaie n'aboutissent pas, eux aussi, mais ils sont moins nombreux que dans le cas du principe de l'échange direct.
L'équilibre économique qui en résulte n'est pas aussi large qu'il pourrait être.
On ne peut que le regretter.

On peut d'autant plus le regretter que des savants économistes prennent ce cas particulier comme cas général et comme cheval de bataille politique.
Ils ne s'interrogent pas sur le coût de l'échange trop élevé malgré la monnaie qui interdit l'échange qu'ils ignorent, mais sur d'autres considérations et en font leur fonds de commerce.

Le cas échéant, ils y voient une contrainte de l'acte d'échange de vous ou moi et, plus généralement, une contrainte de l'économie/catallaxie qu'ils vont se charger de "desserrer"...

Ils oublient, ou font comme si, la cause de l'acte d'échange, n'était pas vous, n'était pas moi, n'étaient pas nos préférences pour les marchandises et les coûts qu'on donne à l'échange, était C.Q.D.M.A.

Economiquement, C.Q.D.M.A. contribue seulement à diminuer les coûts des actes d'échange que nous voulons mener entre offre et demande de marchandises.

Depuis que la monnaie existe, change de mains,
- depuis que les quantités de marchandises s'échangent contre des quantités de monnaie,
- depuis qu'il y a des prix en monnaie des marchandises conclus, des quantités de monnaie unitaires convenues,
- depuis que des savants économistes ont introduit la notion de "pouvoir d'achat de la monnaie" en relation avec les échanges passés des personnes juridiques physiques et l'ont rendu "prospectif" (cf. texte d'octobre 2014),
- depuis qu'il y a des comptabilités qui enregistrent les marchandises échangées et les quantités de monnaie y afférant,
- depuis que des savants économistes aiment l'"équation des échanges" d'Irving Fisher (1911) et n'hésitent pas à la prendre pour une causalité,
monnaie, quantité de monnaie unitaire ou en circulation (totale) et pouvoir d'achat de la monnaie renvoient les uns aux autres.

Et tout cela n'explique rien malgré les artifices de présentation proposés.


3. D'où vient C.Q.D.M.A.?

Plaçons-nous dans le cas de la France.

3.a. Le monopole de l'émission des billets.

La doxa officielle du moment vous dira que C.Q.D.M.A. résulte de l'action de la "banque centrale".
Soit.

Mais la banque centrale est un artefact qui n'a pas d'antériorité sur la monnaie.

Ce sont les hommes de l'Etat qui, dans un passé récent (à l'échelle de l'histoire monétaire, cf. banque de France), constatant l'innovation mise au point par les banquiers, ont cherché à conserver le privilège qu'ils s'étaient donnés des siècles plus tôt, en se donnant le monopole des pièces de monnaie (en cuivre, en argent, en or, etc.).

Ils ont alors donné, à une banque - dite "centrale" - à la fois un privilège analogue de monopole d'émission des billets (type de "substituts de monnaie bancaires") et la surveillance des autres banques dites "de second rang".

3.b. Le monopole des pièces de monnaie.

Quant à ce monopole des pièces de monnaie dont, par exemple, en France, se flatte le président de l'organisme dénommé "Monnaie de Paris" dans ses rapports ou son site -- http://www.monnaiedeparis.fr/entreprise;pgid=SM_YatLmIk5SR07XGscVY5mh00008tdPrwdU;sid=8coplMqzEcMNPJ7cxJ3NOHbuCgXeCO0xSoSxJs-cQyijmFYwNuC1Fw2Z1kiS2g --,
il est lui-même un artefact qui n'a pas d'antériorité sur la monnaie.

3.c. Remarques.

Ce cas de la "Monnaie de Paris" mérite deux grandes remarques.

i) La dénaturation.  

Il est question de l'an 864 alors que la monnaie avait vu le jour bien avant, des siècles auparavant.

Fondée en 864, la Monnaie de Paris est la plus vieille entreprise du monde, peut-on lire sur le site.

Elle assure la mission de service public de frappe des euros courant pour la France et d’autres devises étrangères.

Elle cultive depuis treize siècles une haute tradition dans les métiers d’arts liés au métal et est à ce titre membre du Comité Colbert, qui regroupe les entreprises françaises du luxe.

Fondée au IXème siècle par Charles II le Chauve, elle traverse toutes les périodes de l’Histoire de France en frappant les monnaies et médailles et en réalisant les décorations officielles des différents régimes du pays.


Charles II le Chauve, petit-fils de Charlemagne, pose les bases de la Monnaie de Paris dans l'Édit de Pîtres (25 juin 864).

Il y prévoit notamment de centraliser la production des monnaies au Palais et de mettre en place de moyens de lutte contre les faux monnayeurs : deux articulations fondamentales, qui structurent aujourd’hui encore l’activité de la Monnaie de Paris.

L’organisation des fabrications évolue au fil des besoins et des règnes.
Cependant, une structure stable prévaut sur une période allant du Bas Moyen Âge jusqu’à l’ère industrielle.
De 1358 à 1879, la Monnaie de Paris est en effet une administration : dotée d’un pouvoir de juridiction et de réglementation en matière monétaire, elle place ses ateliers sous le contrôle direct de l’Etat.

Si la Révolution la rattache au Ministère des Finances en 1796 (lois des 22 et 23 vendémiaire an IV), les lois des 31 juillet et 20 novembre 1879 la remettent entre les mains directes de l’État, sous le nom d’"Administration des Monnaies et Médailles".

En 2007, la "Monnaie de Paris" devient un "Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial" (sigle "E.P.I.C.").
Ce statut lui permet de mener une politique commerciale et de développement de nature entrepreneuriale.

L’activité de frappe de la Monnaie de Paris reste cependant encadrée par l’Etat : chaque frappe de monnaie à valeur faciale fait ainsi l’objet d’un arrêté préalable du Ministre en charge des finances.


ii) La spoliation oubliée.

Comment peut-on se flatter de ce monopole des pièces de monnaie, sans employer l'expression, alors qu'il n'a fait que spolier les personnes juridiques physiques et détruire leur patrimoine par l'intermédiaire de l'Etat? (cf. ce texte de novembre 2010)

Pourquoi ne pas préciser qu'aux dates citées, l'unité de la pièce de monnaie de la France était de 500 g d'argent alors qu'en 1793, elle n'est plus égale que de 5g du même métal? (cf. ce texte de juillet 2009)

Pourquoi ne pas ajouter qu'en termes d'or, l'unité de monnaie de la France passe de 322 mg d'or en 1726 à 1,6 mg d'or en 1969?

Soit dit en passant, 322 milligrammes d'or et 5 grammes d'argent étaient égaux au XIXème siècle.

Tous ces éléments sont à la fois terrifiants et malfaisants, en particulier, pour l'inculture monétaire dont ils sont la preuve (cf. ce texte de août 2013).


4. La quantité de C.Q.D.M.A.

La quantité de C.Q.D.M.A. peut être comptabilisée, grâce aux échanges effectués, par des instances qui lui donnent un chiffre de quantité.

Plusieurs quantités sont employées ici ou là (Mo, M1, M2, etc.).

Soit dit en passant, dans le cas de la France, il est extravagant d'entendre les autorités officielles parler de "masse monétaire" ou d'"argent" pour désigner la quantité de C.Q.D.M.A.

"Masse" n'est jamais qu'un mot des sciences physiques à distinguer du mot "poids", sans relation avec l'économie politique et la quantité de quelque marchandise que ce soit.

C.Q.D.M.A. ne fait plus intervenir l'"argent" comme cela a été le cas jusqu'au début du XXè siècle, en France et ailleurs, et pourtant il est ordinaire, en France, de parler d'"argent" et non pas de "monnaie réglementée"...


5. La rareté de C.Q.D.M.A.

Si tant est qu'on accepte de parler de "rareté" des marchandises -  ce qui est critiquable -, C.Q.D.M.A. dans l'état où il se trouve, n'est ni rare, ni abondant.

Ces qualificatifs de la rhétorique "au mauvais sens du mot" ne sont pas appropriés pour cerner C.Q.D.M.A., surtout dans la situation réglementée où il se trouve.


6. L'absurdité du "quantitative easing".

A fortiori, dans la foulée, vouloir faire varier la quantité de C.Q.D.M.A., par exemple l'augmenter, pour accroître production et revenu (le fameux "quantitative easing", cf. ce texte d'octobre 2012) tient de l'absurdité.

Malgré l'étau des réglementations dont il est victime, C.Q.D.M.A. n'a rien à voir avec la production des marchandises et le revenu en monnaie, notions de comptabilité nationale, ou avec l'emploi, notion théorique qui se cache derrière ces notions comptables.

Economiquement, la production de marchandises résulte des patrimoines des P.J.P. et non pas de l'Etat qui leur en prend une bonne partie, sans échange, par la violence.

Le revenu en monnaie résulte de la production ainsi amputée de la partie prise par l'Etat et restituée, à sa guise (en totalité ou en partie), par ce dernier.

Malheureusement, de façons variées et sans raison économique néanmoins, beaucoup d'économistes considèrent qu'une augmentation de la quantité de C.Q.D.M.A. augmentera la production de marchandises et le revenu en monnaie... et diminuera l'emploi (contrairement à ce qu'expliquait, par exemple Murray Rothbard en 1962).


7. Un dernier mot.

Seule chose certaine valable pour tous les pays ayant, chacun, une banque centrale: l'augmentation de C.Q.D.M.A. ne peut que provoquer une inflation, voire une hyperinflation, pour autant que celle-ci n'est pas déjà dans les tuyaux (cf. effet Cantillon ).





Retour au sommaire.