A Paris, le 22 mars 2019.








1. Pendant longtemps, toute matière (substance, bien, richesse, etc.) a été considérée par l'homme, tacitement ou non, comme une valeur (cf. R.J. Gordon, 1964 ou E. Kauder, 1953).
Ce fait est pratiquement ignoré aujourd'hui.


2. Le cas échéant, il distinguait "valeur d'usage" et "valeur d'échange" (cf. John Locke, 1632-1704).


3. Il juxtaposait aussi "matière" et "durée" pour en arriver à parler d'"objet inanimé matériel" et de "service" (cf. Adam Smith 1723-90 et ses disciples).
"Objets inanimés avez-vous donc une âme, etc." pouvait écrire Alphonse de Lamartine et être compris de ses lecteurs.


4. Il laissait de côté ce qu'on dénommait "monnaie" pour autant que ce dernier n'était pas considéré comme un type de valeur particulier quoiqu'intermédiaire des échanges.


5.Est arrivé néanmoins la réflexion ou l'argument de certains selon quoi "valeur d'usage" et "utilité" renvoyaient l'une à l'autre, l'utilité reposait sur le fait que la matière était utile à l'homme et avait de ce fait une valeur (cf. Jean Baptiste Say, 1767-1832).
Et la démarche fut appliquée par beaucoup.


6. Il fut admis conjointement que l'homme donnait une utilité à la valeur de la matière (cf. Say, Catéchisme de l'économie politique, 1815).

Quelques temps plus tard, en 1850, Frédéric Bastiat précisait d'ailleurs que la cible de l'offreur (... du producteur) était la valeur tandis que la cible du demandeur (... du consommateur) était l'utilité ...
La démarche sera reprise en particulier par Friedrich von Hayek.

Pour sa part, un demi-siècle plus tard (1896-97), Vilfredo Pareto insistait sur la subjectivité, caractéristique de la valeur, et tentait d'imposer à ces collègues d'employer la notion d'"ophélimité" qu'il forgeait pour la distinguer de l'"utilité".
Ce fut sans lendemain, l'utilité perdura.

Et les collectivistes ou autres communistes ont pu déformer et dénaturer la démarche de l'utilité, par définition subjective, en mettant de côté l'"ophélimité" et en introduisant l'"utilité collective" définie d'une façon ou d'une autre par des populations...

On n'en est jamais sorti, complétée qu'elle a été avec les notions d'"intérêt général", d'"utilité sociale", etc.


7. Entretemps, des économistes plus ou moins ouverts aux mathématiques introduisaient la notion d'"utilité marginale" ou, suivant Pareto, d'"ophélimité élémentaire", pour parler de la dernière ou de la pénultième utilité/ophélimité donnée à la matière en question par l'homme ... étant donnée la relation mathématique supposée entre utilité/ophélimité et quantité de matière, fonction monotone croissante, mais à dérivée décroissante...


8. Pour leur part, des savants de la science physique ou de la chimie ont alors précisé ce qu'ils entendaient par "matière" ou ce qu'il fallait entendre :
- déplacement de la matière/corps pour le physicien,
- transformation des états de la matière pour le chimiste.

Fin XIXème, début XXème siècle, ont découlé indirectement de leurs travaux les notions d'"onde" et d'"information" comme nouveaux types de matière (cf. ce billet de décembre 2018).

La "conjoncture économique autrichienne" de Ludwig von Mises et Friedrich von Hayek me semble, pour le moins, très proche de ces notions... (cf. ce billet de février 2019).


9. Au lieu de rabougrir l'information à des "services" comme l'ont fait à partir de la décennie 1960 des économistes (K. Arrow, G. Debreu en particulier), il conviendrait de juxtaposer, au moins, l'information aux objets inanimés matériels et services à défaut d'inclure, simplement, ces derniers comme des aspects de l'information.

En effet, l'information ne doit pas cacher la grande technologie dont elle procède et qui a été inventée depuis la mi XXème siècle, à la fois
- techniques d'émission,
- techniques de réception,
- techniques d'échanges d'informations,
où nous nous trouvons en ce début de XXIème siècle.


10. L'information est au cœur de l'action humaine, elle est à la fois cause et effet de celle-ci.

Libre à chacun de parler d'évaluation ou de mesure de l'information, de sa quantité ou de son utilité/ophélimité..., mais parler de valeur d'usage ou de valeur d'échange de l'information est une erreur.

La "valeur d'information" de quoi que ce soit est une notion nouvelle.
Elle est à comparer à la "valeur d'usage" ou à la "valeur d'échange" et non pas à situer sous leur tutelle explicative.


11. Malheureusement, les conférences monétaires étatiques du XXème siècle, de la conférences de Gènes (1922) aux conférences de 1971-73 (cf. ce billet d'octobre 2011), n'ont pas pris en considération son importance économique et ont claudiqué dans la fausse alternative "valeur d'usage" et "valeur d'échange".
Exemplaire a été et est l'absurdité de ce qu'on dénomme "euro", résultat d'effets de la dernière grande conférence étatique du XXème siècle (cf. ce billet de mars 2017).






Retour au sommaire.