Paris, le 2 août 2010.




"Je suis oiseau, voyez mes ailes, je suis souris, vivent les rats", telle est l'image à quoi m'a amené la lecture du dernier rapport de la banque centrale européenne (B.C.E.).



Chaque semaine, la B.C.E. publie en effet un bilan qui correspond à la situation financière consolidée de l'Eurosystème, dénommé aussi système européen des banques centrales (S.E.B.C.), et qui laisse entendre que la B.C.E. et le S.E.B.C.  ne font qu'un, étant donnés les statuts de la B.C.E.  et ceux des autres banques centrales nationales à sa merci depuis le 1er janvier 1999.

Mais, à l'occasion de la publication du rapport annuel d'activité de la B.C.E., la belle unité n'apparaît plus que de façade.

En voici un exemple.


I. L'émission de billets en papier.

On peut lire dans le Rapport annuel 2009 d'activité de la B.C.E., pour l'année 2009:

"Les billets en circulation.

La B.C.E. et les B.C.N. [pour banques centrales nationales], qui constituent ensemble l’Eurosystème, émettent les billets de banque en euros (5).
5) Décision B.C.E./2001/15 du 6 décembre 2001 relative à l’émission des billets en euros, J.O. L. 337 du 20.12.2001, p. 52, modifiée

La valeur totale des billets en euros en circulation est répartie entre les banques centrales de l’Eurosystème le dernier jour ouvré de chaque mois, conformément à la clé de répartition des billets (6).
6) La « clé de répartition des billets en euros » désigne les pourcentages résultant de la prise en compte de la part de la B.C.E. dans le total des billets en euros émis et de l’application à la part des B.C.N. dans ce total d’une clé de répartition identique à celle du capital souscrit." (B.C.E., ibid. p.227)

En d'autres termes, le chiffre donné par le bilan de la B.C.E. en matière de billets est arbitraire.  Il est sans signification économique ou presque .

Et il cache une "sacrée bureaucratie" dont la charge comptable n'est pas évoquée et qui doit faire le calcul et les manipulations y afférant.

Soit dit en passant, la B.C.E. a le monopole d'émission des billets en papier.

Quelle est la clé de répartition en question ?

Voici la réponse donnée p. 238 :

"Capital et réserves.

(a) Modification de la clé de répartition du capital de la B.C.E.

Conformément à l’article 29 des statuts du S.E.B.C., les parts des B.C.N. dans la clé de répartition pour la souscription au capital de la B.C.E. sont pondérées en fonction des parts de chacun des États membres concernés dans la population et le P.I.B. de l’Union européenne, à proportion égale, sur la base des données notifiées à la B.C.E. par la Commission européenne.

Ces pondérations sont ajustées tous les cinq ans.

Le 1er janvier 2009, il a été procédé à une deuxième modification de la clé de répartition du capital depuis la mise en place de la B.C.E.

Conformément à la décision 2003/517/CE du Conseil du 15 juillet 2003 relative aux données statistiques devant servir à adapter la clé de répartition pour la souscription au capital de la Banque centrale européenne, les parts des B.C.N. dans cette clé de répartition ont été modifiées le 1er janvier 2009 [...]"

D'où :

                                   Tableau 1

                      Clé de répartition du capital
                     à compter du 1er janvier 2009
                                      (en %)
 
Banque nationale de Belgique                            2,4     
Deutsche Bundesbank                                       18,9 
Central Bank and
Financial Services Authority of Ireland             1,11
Banque de Grèce                                                 1,96
Banco de España                                                 8,30

Banque de France                                             14,22
Banca d’Italia                                                    12,50
Banque centrale de Chypre                                 0,14
Banque centrale du Luxembourg                       0,17
Central Bank of Malta                                        0,06

De Nederlandsche Bank                                      3,99
Oesterreichische Nationalbank                           1,94
Banco de Portugal                                               1,75
Banka Slovenije                                                   0,33
Národná banka Slovenska                                   0,69

Suomen Pankki – Finlands Bank                        1,25

Sous-total pour les B.C.N. de la zone euro : 69,79

Българска народна банка (Banque nationale de Bulgarie)                                                             0,87
Česká národní banka                                           1,45
Danmarks Nationalbank                                     1,48
Eesti Pank                                                           0,18
Latvijas Banka                                                    0,28

Lietuvos bankas                                                 0,43
Magyar Nemzeti Bank                                       1,39
Narodowy Bank Polski                                     4,90
Banca Naţională a României                            2,46
Sveriges Riksbank                                             2,26

Bank of England                                             14,51

Sous-total pour les BCN hors zone euro30,21

Total                                                             100



Il s'ensuit la répartition suivante du capital libéré (1442 millions d'euros) de la B.C.E. :

                                  Tableau 2

                             Capital libéré
                      a/c du 1er janvier 2009
                       (en millions d'euros)

Bank national de Belgique                                139
Deutsche Bundesbank                                    1 090
Central Bank and
Financial Services Authority of Ireland             64
Banque de Grèce                                               113
Banco de España                                               478

Banque de France                                              819
Banca d’Italia                                                    719
Banque centrale de Chypre                                   7,8 
Banque centrale du Luxembourg                       10,0
Central Bank of Malta                                          3,6

De Nederlandsche Bank                                    230
Oesterreichische Nationalbank                         111
Banco de Portugal                                            101
Banka Slovenije                                                  18,9
Národná banka Slovenska                                  39,9

Suomen Pankki – Finlands Bank                      72,2

Sous-total pour les BCN de la zone euro : 4 020

Lietuvos bankas                                  1,7  (sur 24 souscrits)
Magyar Nemzeti Bank                                      5,6  (sur 80)
Narodowy Bank Polski                                  19,7  (sur 282)
Banca Naţională a României                           9,9  (sur 142)
Sveriges Riksbank                                            9,1  (sur 130)
   
Bank of England                                             58    (sur 836)

Sous-total pour les BCN hors zone euro : 121 (sur 1740)

Total                                                          4 142  (sur 5760)



Revenons aux billets en papier en circulation, la B.C.E. précise :

"La part attribuée à la B.C.E. représente 8 % de la valeur totale des billets en euros en circulation et figure au passif du bilan dans le poste « Billets en circulation ».

La part allouée à la B.C.E. est adossée à des créances sur les B.C.N.

Ces créances, qui sont rémunérées (7),
7) Décision B.C.E./2001/16 du 6 décembre 2001 concernant la répartition du revenu monétaire des banques centrales nationales des États membres participants à compter de l’exercice 2002, J.O. L. 337 du 20.12.2001, p. 55, modifiée

figurent dans la sous-rubrique « Créances intra-Eurosystème : créances relatives à la répartition des billets en euros dans l’Eurosystème » (cf. « Les soldes intra-SEBC/les soldes intra-Eurosystème » dans les notes relatives aux règles et méthodes comptables).
Les produits d’intérêt de ces créances sont inclus dans le poste « Produit net d’intérêt ».
Ce revenu est dû intégralement aux B.C.N. au cours de l’exercice même où il est dégagé, mais il est distribué le deuxième jour ouvré de l’exercice suivant (8).
8) Décision B.C.E./2005/11 du 17 novembre 2005 concernant la distribution aux banques centrales des États membres participants du revenu de la Banque centrale européenne relatif aux billets en euros en circulation, J.O. L. 311 du 26.11.2005, p. 41

Il est intégralement réparti,
sauf si le bénéfice net de la B.C.E. pour l’exercice est inférieur au revenu issu des billets en euros en circulation,
en tenant compte également de toute décision du Conseil des gouverneurs d’en transférer une partie vers la provision pour risque de change, de taux d’intérêt, de crédit et de variation du cours de l’or,
et/ou sous réserve de toute décision du Conseil des gouverneurs d’imputer les charges supportées par la B.C.E. à l’occasion de l’émission et du traitement des billets en euros. »


En pratique, le Rapport annuel de la B.C.E. fait apparaître à la page 221 que la "valeur des billets en circulation" de la B.C.E. au 31 décembre 2009 se montait à :

                             € 64,5 milliards

alors que le chiffre communiqué officiellement le 6 janvier 2010 du montant - ou de la "valeur"... - des billets en circulation du  S.E.B.C., système européen des banques centrales, s'élevait au 1er janvier 2010 à :

                           € 806,5 milliards

Il convient de souligner en passant que ce chiffre fait partie des chiffres communiqués officiellement, chaque semaine de l'année, par la B.C.E. en relation avec la situation financière consolidée de l'eurosystème.
 
On peut ainsi constater que le rapport de 8% est strictement respecté.  Cela est remarquable car les chiffres donnés ne proviennent pas de la même source d'informations, mais de deux sources différentes.

De ce point de vue, la B.C.E. montre bien "ses ailes" et laisse imaginer à chacun l'emprise qu'elle peut avoir sur les B.C.N.

Pour sa part, la Banque de France, banque centrale de la France, fait apparaître dans son Rapport annuel 2009 qu'en fin d'année 2009, le montant total des billets en circulation de son ressort s'élevait à (cf. p.119):

                            € 147,6 milliards


qu'elle décompose en plusieurs rubriques dont les principales sont :

- le montant des billets mis en circulation par ses soins ;

                            € 76,5 milliards

- et l'ajustement des billets alloués par l'eurosystème :

                           € 74,6 milliards


Si on applique le coefficient de répartition de 14,22 (cf. tab. 1 ci-dessus qui correspond à la part de la Banque de France dans le capital de la B.C.E.), le chiffre "réglementaire" qu'on obtient s'avère inférieur au chiffre affiché de 147,6...

Est-ce à dire que la Banque de France "portait" plus de billets qu'elle l'aurait du ?
Peu importe, vraisemblablement, une petite règle non dite doit expliquer l'écart... car il y a plus important.


II. La détention d'or.

Le même Rapport annuel de la B.C.E. fait état p.229 que :

"Avoirs et créances en or.

Au 31 décembre 2009, la B.C.E. détenait 16 122 146 onces 10 d’or fin (17 156 546 onces en 2008). [une once est égale à un peu plus de 31 grammes]

Cette diminution a résulté

(a) de ventes à hauteur de 1 141 248 onces d’or fin effectuées conformément à l’accord sur les avoirs en or des banques centrales entré en vigueur le 27 septembre 2004, dont la B.C.E. est signataire, et

(b) du transfert par la Národná banka Slovenska à la BCE de 106 848 onces d’or fin 11 lors de l’adoption de la monnaie unique par la Slovaquie, conformément à l’article 30.1 des statuts du S.E.B.C.

La baisse de la valeur en euros de ces avoirs, qui a résulté de ces opérations, a été plus que compensée par une hausse significative du cours de l’or en 2009 (cf. « Les actifs et passifs en or et devises » dans les notes relatives aux règles et méthodes comptables)." (ibid.)


En pratique, le rapport fait apparaître que la B.C.E. détenait au 31 décembre 2009 comme "avoirs et créances en or" :

                           € 12,4 milliards

pour une réserve de réévaluation figurant au passif de :

                          € 10,9 milliards

(réserve qui inclut une réserve de réévaluation "or" de € 8,4 milliards, cf. p. 238),
alors que le chiffre
des "avoirs et créances en or" du S.E.B.C. communiqué officiellement le 6 janvier 2010 par la B.C.E. s'élevait au 1er janvier 2010 à :

                      € 267 milliards,
  
pour une réserve de réévaluation globale de

                      € 220 milliards.


Pour sa part, le bilan de la Banque de France en fin d'année 2009 fait apparaître que le montant des avoirs en or en sa possession s'élevait à :

                       € 60,0 milliards


(soit 2435 tonnes d'or et un peu plus de 20 % du même poste du S.E.B.C.)
pour une réserve de réévaluation des réserves en or - que le bilan précise appartenir ... à l'Etat de la France (cf. p.121) - de :

                      € 18,5 milliards.



III. La relation entre l'émission de billets en papier et la détention d'or.

En d'autres termes, les "avoirs et créances en or" de la B.C.E. ne sont pas dans la même proportion du total du S.E.B.C. que les billets ou le capital.

Etant donnés les chiffres affichés, la proportion "d'avoir et de créances en or" démontrée par le bilan de la B.C.E. n'est pas de 8%, mais de 4,6%.

De fait, la proportion n'est pas fixée réglementairement, mais laissée à la libre appréciation des banques centrales nationales.

Comment interpréter les chiffres observables ? Par exemple, celui des "avoirs en or" de la Banque de France : plus de 20% des avoirs en or du S.E.B.C., plus de 5 fois ce que détient la B.C.E.
?
"Vivent les rats..."?

Pourquoi ce choix politique qui a consisté à fixer certaines proportions et pas d'autres et sur quoi il n'y a eu aucun débat ? Car c'est d'un choix de cette nature qu'il s'agit où l'arbitraire n'a peut-être d'égal que l'ignorance de chacun.

Soit dit en passant, il y a un siècle, les billets en circulation dont avaient reçu le monopole, de leurs législateurs nationaux respectifs, un certain nombre de banques - on ne parlait pas trop à l'époque de "banque centrale" -, ces billets étaient librement convertibles en or.  C'est la raison qui amène aujourd'hui à mettre en regard "billets en circulation" et "avoirs et créances en or" et qui fait que les banques centrales ont encore à l'actif de leur compte de bilan ce dernier poste, même si les hommes de l'Etat ont réussi au XXème siècle le magistral coup de force de supprimer la convertibilité des billets en papier en or aux conditions convenues initialement.

Quelles conséquences, entre autres, en matière de politique monétaire ?

Aucune information ni théorique, ni pratique, n'a été donnée, à ma connaissance, jusqu'à présent sur les réponses.

However, that is the question...



Retour au sommaire.