Paris, le 2 novembre 2010.



Il y a ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas. Le leitmotiv est bien connu … depuis au moins Frédéric Bastiat (1850).

Le domaine de la monnaie est exemplaire à ce propos...

Il y a ce que la monnaie montre et ce qu'elle cache ou contribue à cacher.

La réforme permanente, l'évolution réglementaire – dont l'inconvertibilité autoritaire des substituts de monnaie en monnaie introduite progressivement au XXème siècle dans tous les pays du monde - a, pour sa part, contribué à la perte de connaissances du commun des mortels dans le domaine de la monnaie quand elle n'a pas rendu celle-ci magique à beaucoup d'yeux.


1. La rhétorique.

La rhétorique a eu aussi un rôle bien toxique et elle perdure, voire devient prépondérante.

La rhétorique en économie politique, c'est à la fois l'utilisation de mots plus ou moins bien définis dans le langage courant et la non utilisation de concepts, soit parce que les concepts n'existent pas, n'ont pas été cernés, sont inconnus de celui qui parle ou se fait entendre, soit parce que ce dernier ne veut pas les utiliser.

On parle ainsi d'« inconvénient » plutôt que de « perte » ou de « coût », on parle d'« avantage » plutôt que de « gain », de « bénéfice comptable ou financier », de « profit attendu avec incertitude ».

En France, on continue vaillamment à parler d' « argent » plutôt que de « monnaie » quoique le « franc » n'existe plus et ait été remplacé par l'« euro ».

Il y a cent ans, il y avait au moins une raison de parler d'argent en France.
La pièce de 5g d'argent qui définissait le franc servait dans les paiements quotidiens, circulait.
En particulier, elle était convertible par la Banque de France à la demande contre 322mg d'or, de l'or qui lui aussi circulait librement sous forme de pièces pour les paiements quotidiens.

Aujourd'hui, il n'y a aucune raison de parler d'argent, sauf celle d'entretenir une illusion détestable.

De plus, les réalités sont inversées.
La pièce de un euro qui sert aux paiements quotidiens et circule est un alliage de métaux en proportions respectives ignorées et dont on ne parle pas.

L'euro est en vérité la dénomination de la réalité suivante :

- un accord politique (cf. "L'euro : si ex nihilo non est, sed ex quo ?") passé dans la décennie 1990 entre des gouvernements nationaux dont toutes les clauses n'ont pas été respectées, sitôt appliqué, et sont remises sur le métier et réformées en permanence,

- Un ensemble de coefficients.
Le coefficient qui a fait passer du franc à l'euro, le taux de conversion du franc en euro, à savoir :

                           1 euro = 6,55957 FF

mais aussi les autres coefficients qui ont fait passer respectivement les autres monnaies nationales réglementées concernées à l'euro.

Tout cela pour ne pas parler des institutions qui se greffent dessus et ont été créées pour l'occasion ou une autre.

Bref, comme la monnaie – le D.T.S. pour "droit de tirage spécial" - qu'a créée un temps - début de la décennie 1970 - le Fonds monétaire international, l'euro est un « néant habillé en monnaie » (© Jacques Rueff).


2. Deux questions.

Pour ne pas être esclave de la rhétorique et comprendre ce qu'est la monnaie, il faut être conscient de son émergence.
Comment, me demanderez-vous, expliquer l'apparition dans la nuit des temps, puis la pérennité de ce qu'on va dénommer « monnaie » ?

Comment expliquer la disparition de certaines formes de monnaie et l'apparition de nouvelles ou la juxtaposition de nouvelles aux anciennes jusqu'à aujourd'hui inclus.

Voilà deux grands questions d'économie politique à quoi empêchent de répondre tant la rhétorique que la plupart des écoles de pensée économique, même celles apparues au XXème siècle.


2.A. Le diviseur du temps de l'échange.

La réponse à la première question est pourtant directe si on a les bons concepts.

La monnaie est un diviseur du « temps de l'échange », facteur praxéologique.

En tant que tel, sous sa forme primordiale de la nuit des temps (coquillage, tête de bétail, etc...) variable selon les lieux, elle a divisé le temps de l'échange en deux mi-temps, le mi-temps de l'offre du bien dont on est prêt à se séparer, le mi-temps de la demande du bien qu'on désire ou dont on a besoin.
En conséquence, elle a diminué le « coût d'opportunité de l'échange ». L'échange a un coût car, au minimum, il « prend du temps ».

En tant que tel, la monnaie est donc universelle, mondiale. 
Et la question récurrente de la monnaie mondiale que posent certains est une fausse question pour ne pas parler de celle de ceux qui la maquillent avec le terme de "réserve internationale"(apparu dans la décennie 1970).

 
2.B. La course poursuite.

Mais la monnaie n'a pas réduit le coût de l'échange à zéro, il fallait donc s'attendre à de nouvelles formes.

Et des formes ont vu le jour, et le coût de l'échange n'est toujours pas réduit à zéro...

Le phénomène de la « non réduction à zéro » a suscité des appétits bien humains, ceux des "innovateurs", et des convoitises bien humaines elles-aussi, celles des "hommes de l'Etat".

En sont résulté, d'un côté, des pièces de métal, des coupures de billets en papier, des comptes de dépôt à vue, etc. et, de l'autre, des privilèges de monopole et d'autres réglementations.

Et c'est la réponse à la seconde question.


2.C. Ne pas être borgne.

Si vous ne voyez pas ou refusez de voir que l'échange est une action humaine qui, entre autres, prend du temps, ou bien si vous considérez que le concept d' « action humaine » n'est pas scientifique, ou bien si vous dénaturez ce dernier concept en considérant que le profit attendu qui fait mener telle action plutôt que telle autre peut être certain, vous passez à côté de la réponse à la question.


Le fait est qu'une large majorité de théoriciens de l'économie politique se moquent de la question.

Certains, et non des moindres, en arrivent même, un peu coincés par leurs hypothèses et comme pour se faire pardonner ou bien essayer de sortir de l'impasse où ils se sont mis, à la métaphore de "la monnaie tombée d'un hélicoptère..." !

D'autres n'ont pas ce sursaut. Et c'est ainsi que ni les concepts de la théorie de l'équilibre économique général, ni ceux de la macroéconomie ne permettent de répondre à la question.


3. Ce qu'on voit, ce qu'on ne voit pas.

Ce qu'on voit aujourd'hui, ce sont ainsi des monnaies nationales – voire régionales comme l'euro – de marques différentes (euro, dollar, yen japonais, yuan renminbi, etc.).

Ce qu'on ne voit pas, c'est que les monnaies en question sont réglementées par des gens qui, selon le mot prêté à Talleyrand : "Lorsque les évènements vous dépassent, feignez d’en être les instigateurs", sont dépassés, mais disposent de la force violente pour faire croire qu'ils ne le sont pas et tenter de faire aboutir leurs vaines actions.

A coup sûr, le seigneuriage perçu sur les pièces de métal ou l'altération de celles-ci hier était plus simple à mettre en oeuvre que la supervision par la banque centrale de tel ou tel pays ou région, des banques de second rang ou que la « politique monétaire » aujourd'hui.

Mais entre temps, ils ont su abuser des billets, une fois que le principe de ceux-ci avait été mis au point par des innovateurs pour, entre autres, s'affranchir des « maladies » de la pièce de métal.

Et, de nouveau, entre temps, ils ont su abuser des dépôts à vue, une fois que le principe de ceux-ci eut été mis au point par d'autres innovateurs pour, entre autres, s'affranchir des « maladies » des pièces et des billets.


4. L'illusion du "jeu monétaire".

Il reste que, si les gouvernements peuvent activer leur force violente à l'intérieur de leur territoire de juridiction, ils ne peuvent le faire à l'extérieur de celui-ci : soit ils doivent composer et passer des accords dans ce but, soit c'est le conflit, la fameuse « guerre monétaire ».

Et les théoriciens des jeux font leur choux gras de ces situations depuis que la "théorie des jeux" a vu le jour (décennie 1940).

Mais ce n'est malheureusement pas le problème de la monnaie. 

Cela l'est d'autant moins qu'à l'expérience, on constate que l'accord succède au conflit et que le conflit succède à l'accord.

Par exemple, un grand accord international, aujourd'hui méconnu, a été passé, en 1922, à Gènes entre un certain nombre de gouvernements (cf. Rueff, 1971, Le péché monétaire de l'Occident) au terme de quoi les monnaies nationales réglementées échangeables en or à taux fixe pourraient être employées en paiements des échanges internationaux de préférence à l'or.
Dans la foulée, la convertibilité en argent a été passée à la trappe.

On sait la suite.

Dans un premier temps, les gouvernements des pays signataires ont distingué la convertibilité intérieure et la convertibilité extérieure de leurs monnaies respectives et ont progressivement interdit la convertibilité intérieure en or dans la décennie 1930 (en 1937, le franc n'est plus ainsi convertible en or intérieurement, en France).

Dans un second, ils ont dénoncé la convertibilité extérieure de leur monnaie (à commencer par le président des Etats-Unis en 1971).
Même Ludwig von Mises n'imaginait pas en 1966, i.e. cinq ans avant, que ce fait pût se produire:

"No government is, however, powerful enough to abolish the gold standard. Gold is the money of international trade and of the supernational economic community of mankind."

A cet égard, la création de l'euro dans la décennie 1990 est dérisoire comparée à ces deux étapes de l'inconvertibilité en or définitive - ou "provisoirement définitive" ... - des monnaies réglementées.

Et le monde n'est plus jamais sorti de cette situation impensable auparavant. 

Et, comme si de rien n'était, politiques et média parlent aujourd'hui de "guerre des monnaies" !
Conflit entre gouvernements certes, mais pas entre ... des monnaies, fussent-elles réglementées.

Soit dit en passant, ce qu'il faudrait que les théoriciens des jeux expliquassent, c'est le passage d'un jeu de conflit à un jeu de coopération ou le passage opposé.  Peu importent la variété des jeux de conflit ou celle des jeux de coopération qu'ils peuvent imaginer et qu'ils aiment à résoudre.


5. La monnaie n'a pas d'inconvénient.

Ce qu'on ne voit pas - et c'est à regretter -, c'est qu'ainsi on fait endosser à la monnaie des « qualités » qu'elle n'a pas, qu'on lui impute implicitement des "inconvénients", faute de connaître les concepts qui permettent de comprendre ce qu'elle est.

La monnaie n'a pas d'inconvénient.
Le coût de l'échange avec monnaie - ce que Ludwig von Mises dénommait l' « échange indirect » - est diminué par rapport à ce qu'il est sans monnaie, mais pas réduit à zéro : il y a un coût résiduel. Un point, c'est tout.

Malheureusement, le plus souvent inconsciemment, on impute à la monnaie ce coût résiduel !
Et on exprime cela avec des mots de tous les jours comme "la monnaie a des inconvénients", loin de se flatter de supporter seulement ce coût résiduel!


« A qui profite le crime ? »

A ceux qui se font forts et qui convainquent de réduire les inconvénients de la monnaie par la réglementation ou la politique monétaire ! C'est toujours l'histoire du doigt du sage qui montre la lune et l'imbécile qui regarde le doigt.  Mais en l'espèce, il n'y a pas de lune, mais une illusion...

Parallèlement, sans bruit, il y a aussi ceux qui innovent dans le domaine.
Dernière innovation en date : les générations de monnaie électronique (cf. "La monnaie électronique est-elle une monnaie nouvelle?")  .

Mais le coût de l'échange n'est toujours pas nul, il y a toujours un coût résiduel, certes atténué, mais bien réel.

La monnaie électronique sera donc règlementée et le dernier accord monétaire international en date sera altéré et la prochaine "guerre des monnaies" potentielle renforcée, … ou l'inverse, la "guerre des monnaies" en cours..., le prochain accord potentiel...


6. Le contresens.

Bref, s'il y a bien un phénomène économique étranger aux concepts de « guerre » et de « paix » que contribue à cacher la poursuite infernale entre innovations et réglementations, c'est celui de la monnaie.

Malheureusement, parce que les hommes de l'Etat ont mis la main dessus, croient pouvoir faire n'importe quoi avec elle, entravent la liberté de chacun à son sujet, et que la guerre et la paix sont en définitive leur fonds de commerce, on voit à tort dans la monnaie tantôt une guerre tantôt une paix.



Retour au sommaire  .