A Paris, 24 avril 2013.



Un bien en propriété échangé, i.e. une marchandise, en quoi s'exprime les prix des autres marchandises est un numéraire ou une monnaie (cf. Vilfredo Pareto, 1896-97, §269). 
Par prix d'une marchandise, il faut entendre tout taux d'échange de deux biens en propriété convenu par deux personnes et cela depuis au moins Stanley Jevons - cité par Pareto -.


1. Echange et monnaie.

Si les échanges économiques sont absolument libres, i.e. si l'ophélimité élémentaire - utilité marginale - pondérée de la marchandise numéraire ou monnaie est égale à la valeur commune des autres ophélimités élémentaires pondérées ..., Pareto expliquait que la monnaie était vraie.

Toute monnaie qui n'est pas vraie est soit fiduciaire, soit une fausse monnaie.

1.A. Le système monétaire international idéal.

Pareto reconnaissait à cet égard que l'idéal de la circulation, i.e. de l'échange économique avec monnaie, serait une circulation de monnaie fiduciaire en papier représentant une somme égale d'or (ibid., §292), en d'autres termes, une circulation d'or, moins les inconvénients qui résultent de la circulation matérielle de la monnaie ("inconvénients": autre façon de parler du coût de l'échange, cf. ci-dessous).

Il considérait aussi qu'il n'était pas nécessaire que ce fût le public qui gardât la masse d'or, qui constituât le stock monétaire (ibid. §305).
Selon lui, elle peut être déposée dans des caisses spéciales, et c'est même un progrès car ainsi les fonctions se spécialisent (cf. §518).

La monnaie circulante ne présente pas d'ailleurs de caractères spéciaux, si ce n'est celui qu'elle partage avec quelques autres capitaux, que les transformations en sont extrêmement faciles. 
En peu de temps, et à très peu de frais, on transforme la marchandise or en monnaie et vice versa. (ibid. §296)

Il faut ajouter que la monnaie est un capital extrêmement mobile, et qui passe très facilement d'un pays à un autre, pourvu qu'elle y jouisse de quelque sécurité.

Bref, la monnaie contribue à diminuer le coût de l'échange.

Soit dit en passant, il ne faut pas confondre la monnaie qu'emploie l'entrepreneur, avec l'épargne qui lui sert à faire des avances aux détenteurs des capitaux dont il achète les services (cf. ibid §426).
La somme de cette épargne s'exprime en numéraire, mais ce n'est pas une somme de monnaie - on dira aujourd'hui qu'il s'agit de "finance" -.
Un entrepreneur qui construit un canal avancera, par exemple, en une année, dix millions de salaires aux ouvriers, et cela en n'employant qu'un million de capital monnaie circulante.

1.B. Echange, monnaie et réglementation.

La monnaie "pas vraie" cache des échanges économiques qui ne sont pas libres. 
D'une façon générale, la monnaie est à la "vérité" ce qu'est l'échange économique en monnaie à la "liberté".


Pour sa part, toute réglementation de la monnaie, vraie ou "pas vraie", est synonyme de la monnaie "pas vraie" et cache des échanges qui ne sont pas libres.

Pour cette raison, la diminution du coût de l'échange par la monnaie "pas vraie", réglementaire, est nécessairement inférieure à celle de la monnaie vraie, en "droits constatés".


2. Equilibre mathématique.

Reste que, comme l'expliquait Pareto, la monnaie "pas vraie" n'exclut pas l'équilibre mathématique de l'économie de marché, i.e. l'équilibre des prix en monnaie et des quantités échangés. 
Elle n'est pas un obstacle mais y contribue seulement à sa façon.

Dans le cas de la fausse monnaie, on a une inconnue ... mathématique de plus, le prix d'un vrai numéraire dans la fausse monnaie (ibid. §287).

Et l'inconnue de plus recouvre, selon Pareto, une infinité de positions d'équilibre stable, ces positions différant nominalement (ibid. §289).

On peut considérer que c'est ce qui se passe aujourd'hui avec toutes les monnaies existantes ...


Quelle est la solution à l'inconnue mathématique ?

La solution donnée par Pareto et par beaucoup d'autres - en commençant par J.M. Keynes et jusqu'à aujourd'hui inclus avec les "quantitative easing" -, consiste tout simplement à fixer la quantité de fausse monnaie en circulation (ibid. §287).

Soit dit en passant, parmi les prix qui augmentent quand on augmente la quantité de fausse monnaie, il y a le prix de l'or.
Ce prix est généralement indiqué par ce qu'on appelle la prime de l'or, ou bien par ce qu'on appelle l'agio, ou par le change.
C'est-à-dire qu'au lieu d'indiquer le prix du kilogramme d'or en fausse monnaie, on indique ce que coûtent certaines monnaies d'or étrangères, ou nationales (cf. §298)
On serait peut-être tenté de croire qu'il y a un avantage permanent pour tout le pays dans l'émission de fausses monnaies car il est vrai que l'équilibre finit par être le même avec la fausse qu'avec la vraie monnaie, mais on épargne la somme d'or qui auparavant servait de vraie monnaie.

Il y a ici une erreur, qui tient à ce que l'on ne distingue pas suffisamment la fausse monnaie de la monnaie fiduciaire.
C'est pour empêcher que celle-ci ne devienne de la fausse monnaie, qu'une somme d'or est nécessaire.
On achète avec les services de cette somme d'or le résultat d'éviter les pertes que nous venons de noter.
On ne fait donc aucun gain en épargnant les services nécessaires de l'or car on a alors des pertes qui sont pour le moins équivalentes à cette épargne.

Bien entendu il est toujours utile d'économiser toute somme d'or qui n'est pas strictement nécessaire pour empêcher la monnaie fiduciaire de devenir de la fausse monnaie.

Mais ce qui est absolument indispensable, c'est que cette masse d'or soit toujours à la disposition du public, que nulle entrave ne soit mise à ses fluctuations. Les empêcher, c'est proprement empêcher le volant d'une machine à vapeur de tourner...
La masse d'or qui sert de régulateur ne rend des services que parce qu'elle augmente et diminue incessamment.
Ce sont ces mouvements qui rétablissent l'équilibre économique quand il est troublé (cf. §§310-311).
Si on les arrête artificiellement, autant vaut s'épargner la dépense de la masse d'or, que l'on rend inutile.

En conclusion, si l'on change la quantité de fausse monnaie sur un marché fermé, on finit bien par revenir, au bout d'un certain temps, à une position d'équilibre à peu près égale en réalité, à celle dont on est parti, mais en outre les créanciers ou les débiteurs ont été spoliés, et une certaine quantité de richesse a été détruite (ibid., §309).


3. Postérité de la démarche: macroéconomie ou nouvelle mathématique.

Le modèle mathématique d'équilibre économique de Pareto, plus ou moins introduit par son prédécesseur, Léon Walras, et imputé à l'économie politique sera mis au point dans la décennie 1930 (modèle de A. Wald, cf. ce texte) à un moment où deux nouveaux "du même tabac" allaient connaître de grands succès et où les gouvernements allaient se moquer de ce qu'avait expliqué Pareto, en particulier, sur la fausse monnaie.


L'un a été développé dans la décennie 1930 et deviendra la théorie macroéconomique, l'autre dans la décennie 1950 avec, comme premiers meneurs, K. Arrow et G. Debreu (cf. par exemple ce texte).

Le premier est source de mathématiques élémentaires, simples, que leurs auteurs n'hésitaient pas à travestir (cf. par exemple ce texte).
Le second se flatte de se plier à une nouvelle mathématique, celle dite "de Bourbaki".
Dans un cas comme dans l'autre, l'économie politique est donc réduite à une mathématique de l'équilibre économique, a priori très éloigné de l'économie politique.

Dans le premier cas, elle ignore les apports de Pareto et, dans le second, elle se fait fort de ne pas en exclure certains - efficacité paretienne - et même de les prolonger.


4. Le coût de l'échange ignoré.

Les mathématiques admises de l'équilibre économique présentent un autre point noir, celui du coût d'opportunité de l'acte d'échange.
En l'état actuel, la notion est rarement prise en considération (cf. par exemple ce texte tout récent).

Il y a ainsi, par exemple, une école de pensée économique qui prend pour point de départ un équilibre économique sans monnaie et qui postule que, comparée à lui, la monnaie est source de perturbations dans l'équilibre où elle se trouve. 
C'est l'école hollandaise dont un des maîtres est H.W. Holtrop (cf. par exemple E.M. Claassen, 1967).

Elle met ainsi l'accent sur un coût, les perturbations de la monnaie, sans se soucier du coût d'opportunité de l'équilibre économique sans monnaie qu'elle juge préférable.


Il y en a une autre qui prend pour point de départ ce qu'elle dénomme "l'équilibre économique" - ces temps derniers, "la croissance économique" - et qui en déduit des conséquences économiques. 

Le coût de l'échange est effleuré sous le nom de "coût de transaction" - à quoi  Pareto faisait implicitement référence-.


Soit dit en passant, les deux écoles économiques en question (cf. ci-dessous) ne sont pas indépendantes l'une de l'autre, mais elles le sont avec le suivant.

Il y en a en fait une que nous retenons et qui prend pour points de départ les "actes d'échange économique de vous ou moi", la catallaxie, et les difficultés ou obstacles rencontrés en relation avec les actes d'échange, et qui cherche à les surmonter avec méthode. 
Grande méthode obtenue jusqu'à présent avec succès, ce qu'on dénomme "monnaie" (en sigle C.Q.D.M.).

Le coût d'opportunité de l'échange y est primordial. 
Il explique l'existence de la monnaie: la découverte de celle-ci a permis de diminuer le coût en question, i.e. le coût depuis le troc, et ce n'est pas fini pour autant qu'il n'est pas nul.

Ce coût que chacun évalue à sa façon - il en est ainsi pour tout coût - est à ne pas confondre avec le coût qui est donné à C.Q.D.M. et qui n'en est qu'un élément sur quoi on a trop tendance à insister.

Son évolution favorable à attendre est aujourd'hui bloquée par l'interdiction de la convertibilité juridique en or des substituts de monnaie bancaires et par des couvertures comptables bancaires réglementées de plus en plus insensées.


5. Remarque : l'interdiction de la convertibilité.

Les gouvernements ont fait silence sur la décision de l'interdiction de la convertibilité en or de leur monnaie nationale dont ils sont convenus et on n'en est jamais sorti jusqu'à aujourd'hui inclus.

L'interdiction de la convertibilité intérieure des monnaies nationales occidentales en or est récente à l'échelle de l'histoire : c'est la décennie 1930 et elle s'est faite sans base doctrinale.

Si les décisions des gouvernements de rendre inconvertible leur monnaie étatique nationale ont pu être prises sans sentiment de destruction, c'est qu'apparemment l'inconvertibilité ne détruisait pas le fond de la monnaie, à savoir la réduction du coût de l'échange.


L'interdiction de la convertibilité extérieure des mêmes en or est encore plus récente, c'est 1971-73 et elle s'est faite sans base doctrinale digne de ce nom.

Soit dit en passant, toutes ces interdictions sont tout bonnement en opposition totale avec les résultats de la conférence de Gènes (1922).
Ceux-ci faisaient en sorte que les pays dont la monnaie était convertible en or à taux fixe, à la demande, pourraient voir détenue à l'étranger une quantité de monnaie.


6. Remarque : les bases doctrinales.

Mais ce choix n'avait pas de base doctrinale. 
Près d'une dizaine d'années plus tard, selon Jacques Rueff, le Comité MacMillan lui en donna une.

Reste que, de la même façon que précédemment, la nouvelle conférence internationale, celle de Londres (1931-32) s'est trouvé avoir un sujet dépourvu de base doctrinale...
Même démarche, même conférence, même conséquence, etc. et cela jusqu'à aujourd'hui inclus.

Au moment présent où les gouvernements des pays de la zone €uro cherchent à instaurer une "union bancaire de la zone €uro", on peut cerner les points fondamentaux du sujet.

Depuis 1999-2002, existe une banque centrale €uropéenne chargée par l'intermédiaire des banques centrales nationales désormais sans monnaie propre, de veiller aux banques de second rang nationales et de contrôler les relations entre ces banques et leurs clients.

Au nombre des clients, il y a les Etats nationaux et leur abandon des derniers "critères de Maastricht" (déficit du budget de l'Etat et endettement de ce dernier).

S'agissant des banques, il y a un certain nombre de considérations comptables à respecter, en augmentation impressionnante (normes dites "de Bâle").
Ces considérations cachent en particulier la couverture entre "les monnaies" des clients chez elles et certains de leurs actifs.

Et, qu'on le veuille ou non, tout cela n'a pas de base doctrinale.

Est ignoré le principe du prix d'un vrai numéraire dans la fausse monnaie qu'est l'€uro.

La couverture en question a d'ailleurs perdu sa signification depuis l'interdiction ou, si on préfère, la disparition ou suspension de la convertibilité, intérieure ou extérieure, en or.
Auparavant, le banquier était tenu de faire apparaître dans son compte de bilan comptable la couverture de ses billets et dépôts en or ou en "réserves internationales", eux-mêmes substituts de monnaies étrangères convertibles en or ou en ... réserves internationales.


Convertibilité juridique en or des substituts des monnaies nationales et couverture comptable en or ou en "réserves internationales" des mêmes ne sont que des réglementations cachant l'inconnue mathématique de Pareto: le prix d'un vrai numéraire en une fausse monnaie.


7. Remarque : l'irréversibilité des réglementations.

Reste que les réglementations ne sauraient être considérées comme irréversibles.

Aucune réglementation n'est irréversible à l'opposé des innovations scientifiques ou techniques (cf. ce billet d'avril 2013).

Les innovations sont irréversibles parce que, par définition, leurs informations ont économisé des ressources, des coûts à chacun.
Sauf à décider ou à voir dans une réglementation une nouvelle innovation, une modernisation, à la fois pétition de principe et erreur, les réglementations ne sont pas irréversibles.

Il faut être homme de gouvernement pour faire valoir ou avoir confiance dans son omniscience ou, à défaut, pour prétendre protéger les sujets contre leurs errements ou contre eux mêmes.


 







Retour au sommaire.