mapom12








Paris, le 22 août 2016.










1. Définir ou ne pas définir.


a. Fritz Machlup (1958).

Il y a près de soixante ans, Fritz Machlup (1902-83) insistait sur le chaos scientifique où se trouvait alors l'économie politique car, souvent, un même mot économique avait un grand nombre de significations et car personne ne savait laquelle considérer dans tel ou tel raisonnement tenu (cf. ce texte d'août 2015).

Dans l'article, il avait pris l'exemple de la notion d'"équilibre économique" et s'était chargé, à sa façon, de la "purifier", de lui rendre sa nature (cf. Machlup, 1958, "Equilibrium and Disequilibrium: Misplaced Concreteness and Disguised Politics", The Economic Journal, Vol. LXVIII, mars)...

Depuis lors, rien n'a changé dans le bons sens, les mots s'entassent avec des significations diverses qui n'en finissent pas.

Ainsi, à tous les mots d'hier dont "valeur" ou "monnaie" (dont, en particulier, les économistes n'ont jamais expliqué l'émergence, l'origine ou la pérennité par l'invention), se sont ajoutés des mots plus récents comme "liquidités" ou "coûts de transaction", voire des confusions entre, par exemple, les moyens d'échange et les intermédiaires des marchandises qui contribuent à empêcher de comprendre les causes de l'apparition de ce qu'on a dénommé "monnaie" au XIXème siècle.

Bref, l'économie politique est incompréhensible pour le commun des mortels pour ces premières raisons.

Mais il y en a d'autres.

b. Emil-Maria Claassen (1970).

Dix ans après Machlup, sans référence à celui-ci même si..., Emil-Maria Claassen (dans son ouvrage sur l'Analyse des liquidités et sélection de portefeuille, P.U.F.,1970) était allé plus loin si l'on peut dire et regrettait l'habitude croissante des savants économistes de ne pas définir les notions employées.

Il en arrivait à dire que ce qu'on dénommait "monnaie" était fonction de l'économiste qui en parlait, du problème qu'il traitait.

Toujours l'incompréhension donc.

c. Henri Guitton (1979).

Dix ans plus tard encore, sans référence aux auteurs précédents, Henri Guitton (dans le livre intitulé De l'imperfection en économie, Calmann-Lévy, col. "Perspectives de l'économique", série "critique", Paris, 1979) considérait que les définitions scientifiques n'avait pas de pouvoir sur l'opinion.

Vive la connaissance inutile ?


2. L'économie politique, une science.

Dans l'ouvrage (cf. une "critique"), Guitton revenait aussi sur l'opposition qu'il avait proposée en 1951 (cf. une "critique") entre l'économie politique "à l'image des sciences physiques" et l'économie politique "science de l'action humaine" et continuait à s'interroger, certes en conclusion, sur la "valeur" de cette proposition.

Soit dit en passant, il y a, d'abord, deux grandes écoles de pensée scientifique : celle selon qui la science, c'est la méthode, et celle selon qui la science, c'est la mesure (cf. Henri Poincaré , Science et méthode, 1908).

En matière d’économie politique, la science de la mesure a gagné officiellement depuis au moins la décennie 1940.

En France, en témoigne chaque jour l’existence du monopole de production de données que le législateur a créé sous le nom d’I.N.S.E.E. en 1946 et dont le premier directeur déclarait alors qu’il fallait « passer de la France des mots à la France des chiffres » (cf. Desrosières, 2003).

Aux Etats-Unis d’Amérique, à la même époque, la Cowles Foundation allait suivre la même démarche.

Et on en est arrivé à des débats sur la mesure à quoi le commun des mortels ne comprend rien (cf. ce texte d'août 2016 sur ce qui est dénommé "produit intérieur brut", mesure exemplaire).


Quand Guitton avait exprimé sa proposition pour la première fois, c'est-à-dire en 1951, l'économie politique à l'image des sciences physiques était en fait déjà un fourre-tout innommable où intervenaient des mécaniques, des mathématiques, des psychologies et ... des richesses.

On ne peut que regretter qu'il n'ait pas évolué sur le point entre 1951 et 1979 et n'ait pas mis le doigt sur le fourre-tout.


3. Le principe de la valeur.

Pour sa part, l'économie politique science de l'action humaine n'avait pas encore de nom alors, mais bien vite des "historiens de la pensée économique", à savoir des "marxistes", lui ont donné celui d'"économie autrichienne", vraisemblablement parce que la développaient des économistes du moment comme Ludwig von Mises ou Friedrich von Hayek ou en mémoire de Eugen von Böhm-Bawerk et de ses démêlés avec Karl Marx (cf. ce texte d'août 2016).


En vérité, les savants de l'"économie autrichienne" développaient le mot "valeur", non pas dans le sens marxiste absurde de "valeur travail", mais dans le sens plus élaboré que J.B. Say  (1767-1832) avait utilisé dans son Catéchisme en 1815 pour définir l'économie politique :


"Dans un ouvrage élémentaire, où l’on est obligé d’emprunter le langage commun, surtout en commençant, j’ai dû renoncer à des expressions plus exactes, mais qui supposent dans le lecteur
- et plus d’instruction
- et plus de capacité pour réfléchir.

Tous les biens capables de satisfaire les besoins des hommes, ou de gratifier leurs désirs, sont de deux sortes :
ce sont
- ou des richesses naturelles que la nature nous donne gratuitement comme l’air que nous respirons, la lumière du soleil, la santé ;
- ou des richesses sociales que nous acquérons par des services productifs, par des travaux.

Les premières ne peuvent pas entrer dans la sphère de l’économie politique, par la raison qu’elles ne peuvent être ni produites, ni distribuées, ni consommées.

Elles ne sont pas produites, car nous ne pouvons pas augmenter, par exemple, la masse d’air respirable qui enveloppe le globe ; et quand nous pourrions fabriquer de l’air respirable, ce serait en pure perte, puisque la nature nous l’offre tout fait.

Elles ne sont pas distribuées, car elles ne sont refusées à personne, et là où elles manquent (comme les rayons solaires à minuit), elles sont refusées à tout le monde.

Enfin, elles ne sont pas consommables, l’usage qu’on en fait ne pouvant en diminuer la quantité.

Les richesses sociales, au contraire, sont tout entières le fruit de la production , comme on le voit dans la suite de l’ouvrage ;
elles n’appartiennent qu’à ceux entre lesquels elles se distribuent par des procédés très-compliqués et dans des proportions très-diverses ;
enfin, elles s’anéantissent par la consommation.

Tels sont les faits que l’économie politique a pour objet de décrire et d’expliquer. (Note de l’Auteur) "

Selon la phrase de J.B. Say :

"Comment donne-t-on de la valeur à un objet?",

la réponse était:

"en lui donnant une utilité qu'il n'avait pas".

Très précisément, Say expliquait :

"qu'entendez-vous par l'utilité ?

J'entends cette qualité qu'ont certaines choses de pouvoir nous servir, en quelque manière que ce soit."

Certes, le propos de Say partait un peu dans tous les sens, mais il touchait au fait que les choses sont serves et que seuls les gens leur donnent, chacun, une valeur.

Jeremy Bentham (1748-1832), un de ses contemporains, mais anglais, précisait alors le sujet de l'utilité dans Introduction to the Principles of Morals and Legislation (1789) de la façon suivante :

"Utility [...] that property in any object, whereby it tends
- to produce benefit, advantage, pleasure, good, or happiness ... or ...
- to prevent the happening of mischief, pain, evil, or unhappiness" ;

* en français:

"L'utilité [...] cette propriété de tout objet, par quoi elle tend
- à produire bénéfice, avantage, bien, ou bonheur ... ou ...
- à éviter la survenance de perte, douleur, mal ou malheur".

Et Carl Menger (1840-1921), économiste "autrichien", va développer le sujet de la valeur effleuré par Say par la notion d'"utilité", dans la seconde moitié du XIXème siècle.


4. Bastiat et le principe de la valeur.

En 1850, dans le livre intitulé Harmonies économiques, Frédéric Bastiat (1801-50) a fait le point sur le "principe de la valeur", domaine premier de l'économie politique (cf. ce texte d'octobre 2015 ou celui-ci de décembre 2015).

D'après lui, la "valeur", c'était alors:
- pour Adam Smith (1723-1790), la matérialité et la durée,
 - pour David Ricardo (1772-1823), le travail,
- pour Henri Storch (1766-1835), le jugement,
- pour Jean Baptiste Say (1767-1832), l'utilité,
- pour Nassau Senior (1790-1864), la rareté.

Etaient, chacune, "valeur", les choses, les quantités de choses, les taux ou rapports d'une (quantité de) chose contre une autre, les prix, les utilités données aux choses.

Par "choses", il fallait entendre les produits et les facteurs de production, d'une part, et, d'autre part, les marchandises et leurs intermédiaires.

Dans la droite ligne de Smith, de la matérialité et de la durée de la chose, David Ricardo avait privilégié un des facteurs de production, à savoir le travail.

Il cachait ainsi le privilège donné par l'économiste à la production sur l'échange comme si la production était plus importante que l'échange, comme si l'action humaine était d'abord action de production et non pas action de production ou action d'échange...

Il cachait aussi sa méthode qui consistait à mesurer le travail par le "temps", la "durée", notion étrangère à l'économie politique.


Senior avait mis l'accent sur un aspect de la matérialité et de la durée de Smith, il l'avait dénommé "rareté".
La "rareté" cachait la quantité de chose à l'instant "t" et une norme ignorée, à savoir celle que ceux qui en parlaient dénommaient ainsi.


Pour sa part, Storch avait généralisé, sans le savoir ou en le sachant, l'originalité de la notion d'utilité de Say, en y voyant un jugement de la personne sur la chose (cf. un de ses livres où intervenait Say https://archive.org/details/coursdconomiepo02saygoog).


Reste que Bastiat s'était posé la question suivante:

"Faut-il voir le principe de la valeur dans l'objet matériel et, de là, l'attribuer par analogie, aux services ?"

Et y avait répondu :


"Je dis que c'est tout le contraire, il faut le reconnaître dans les services et l'attribuer ensuite, si l'on veut, par métonymie, aux objets matériels."

Mais aux "services" de Bastiat, Ludwig von Mises (1881-1973)préférera les "actes d'échange" de l'homme.


5. Pareto et la théorie de la valeur.

Un demi-siècle après Bastiat, dans son Cours d'économie politique (§§78-82) de 1896-97, Vilfredo Pareto (1848-1923) est revenu sur toutes les théories de la valeur antérieures (dont celles de Say et de Bastiat) et a ajouté à leurs propos  :
- ceux de Karl Marx (1818-83) qui faisait référence explicitement à la "marchandise" (cf. §18),
- ceux de Gustave de Molinari (1819-1912) qui expliquait la valeur par l'"intensité comparée des besoins" (cf. §81) et
- ceux de Stanley Jevons (1835-82) qui, selon Pareto, aurait introduit le concept de "taux d'échange de choses" en économie politique (cf. §74) et qu'il a dénommé "prix d'une chose en une autre chose", une fois la chose conclue.

On remarquera en passant, avec étonnement, que Raymond Barre (1924-2007) n'a pas évoqué ce point dans son ouvrage intitulé Economie politique (Thémis, 1969, 8ème éd.) qui se voulait pourtant général!


Pour qu'il n'y ait plus d'ambigüité sur le mot "utilité" qui était pris alors pour être tantôt objectif, tantôt subjectif, Pareto a introduit la notion d'"ophélimité" pour désigner l'"utilité subjective", laissant la notion d'"utilité" désigner l'"utilité objective"...

Et Pareto de préciser :

"L'ophélimité élémentaire est le final degree of utility de Jevons, la marginal utility des auteurs anglais... "

Ce qui lui a permis de distinguer la notion, nouvelle alors, d'"ophélimité élémentaire" de l'ancienne notion d'utilité.

Comme il l'a indiqué, Pareto a adopté sa dénomination "ophélimité" pour insister sur le caractère "subjectif" de l'utilité, ce que Say, trois quarts de siècle plus tôt, n'avait pas cru bon de faire tant, d'après lui, l'utilité ne pouvait qu'être subjective.

D'après Pareto, en effet:


"82. Une autre grande classe de théories met la source de la valeur dans l'utilité.
Cette conception est développée par J. B. Say. [... ]

Il est difficile, en bien des cas, de se rendre compte si les économistes veulent parler
- de l'utilité subjective (ophélimité), ou
- de l'utilité objective.

Quand ils portent leur attention spécialement sur ce sujet, ils les distingent, mais bientôt ils les confondent.
C'est là, à proprement parler, outre l'omission de la considération des quantités, le défaut de cette classe de théories.

J. B. Say a pourtant très bien vu le caractère subjectif de la valeur;
il dit:
'La vanité est quelquefois pour l'homme un besoin aussi impérieux que la faim.
Lui seul est juge de l'importance que les choses ont pour lui et du besoin qu'il en a.'"  (Pareto, op.cit. § 82)

En relation avec ce qu'avait écrit Léon Walras (1834-1910), Pareto a aussi identifié l'ophélimité élémentaire à la "rareté relative".

Malheureusement, ce que Pareto a proposé est resté lettre morte par la suite, en particulier aux Etats-Unis d'Amérique à partir de la décennie 1930 où ses propos ont été dénaturés ... (cf. ce texte de juillet 2009).

C'est le marginalisme dévoyé (sauf par les économistes "autrichiens"), bien connu aujourd'hui dans son principe, même si beaucoup d'erreurs sont commises à son sujet.
Par exemple, Barre y voyait "la découverte et l'élaboration des principes théoriques fondamentaux" (Barre, op.cit., p.48).

Il fait référence à la "marge", à la "dernière unité" cernée ou encore à la "prochaine unité attendue avec incertitude" en ligne de mire, étant donné l'hypothèse que la notion d'utilité est une relation "proportionnée" à la valeur de la chose, monotone croissante, mais à taux décroissant.

Il est ainsi question d'"utilité marginale" de la personne.

Il est aussi question de "produit marginal", de "revenu marginal", de "productivité marginale" d'un facteur de production, etc.


6. Les dénaturations ...


La notion d'"utilité" de Say a ainsi donné lieu à une double dénaturation par,
- d'une part, la préférence que le savant économiste "non autrichien" a donné à l'utilité dite "marginale" sur l'utilité quand, implicitement, il ne faisait pas intervenir la "valeur travail" (cf. ci-dessus) et,
- d'autre part, l'utilité dite "collective" pour ne pas dire "socialiste" (objective ou subjective, cardinale ou ordinale, on ne le sait trop le plus souvent comme l'a expliqué Murray Rothbard dans ce texte de 1956...) dont, par exemple, Kenneth Arrow a fait ses choux gras à partir de la décennie 1950 (cf. ce texte de janvier 2014).

Ces dénaturations ont été évitées par les seuls économistes, dits "autrichiens" par les "marxistes", depuis lors, les autres essayant de voguer dans leurs "trous noirs".

















Retour au sommaire.