Paris, le 17 novembre 2009.



Depuis que les dirigeants des pays du système monétaire international de 1944-45 sont convenus d'abandonner définitivement l'or comme référence de leurs monnaies nationales (1971-73), on ne devrait plus parler de "taux de change" des monnaies, mais de "prix relatifs" de celles-ci.

Quand l'or était la référence, l'"ancre", il était "le change", et avaient, chacune, un taux de change, les monnaies nationales, les monnaies en question étant des monnaies monopolisées par les autorités monétaires privilégiées de chaque pays.


1. L'échangeabilité internationale des monnaies.

Quand les monnaies sont échangeables aujourd'hui librement, sans entraves, et peuvent être détenues ainsi hors des frontières du territoire de juridiction des autorités monétaires qui en ont le privilège d'offre, on devrait parler de "monnaies échangeables internationalement" et de prix relatifs de ces monnaies échangeables internationalement.

Le yuan, nom de la monnaie de la Chine communiste, n'est pas le nom d'une monnaie échangeable internationalement car les autorités monétaires de ce pays l'en empêche par un contrôle des "changes" - en vérité des prix - total.

De ce fait, le yuan n'est pas comparable au dollar des Etats-Unis, à la livre du Royaume Uni, au yen du Japon, à l'euro de certains pays de l'Union européenne, etc.

Le $, la £, le Yen, sont des monnaies historiques, monopolisées par leurs autorités nationales privilégiées par leur législateur national.

L'€ est une monnaie expérimentale (depuis 1999-2002) monopolisée par la Banque centrale européenne et le système des banques centrales nationales des pays de l'euro en conséquence du traité dit "de Maastricht".

Faire la comparaison du yuan et du $ (ou de la £ ou du Yen ou de l'€) est donc une erreur économique majeure, on ne saurait comparer des monnaies échangeables internationalement et des monnaies qui ne le sont pas.


2. Le prix du yuan/renminbi.

Que penser alors des prix des monnaies échangeables internationalement en yuans ou des prix du yuan en ces monnaies ?

Ils révèlent l'efficacité de contrôle des changes des autorités monétaires chinoises, voire celle des manipulations des marchés des monnaies échangeables internationalement, spot ou non spot, par ces autorités ou par celles d'autres pays, régions, voire par des institutions internationales (Fonds monétaire international par exemple).

Si les autorités chinoises démontrent cette efficacité, c'est parce que les échanges de biens et services de la Chine communiste avec le reste du monde sont excédentaires.

C'est parce que la Chine communiste a des exportations de biens et services dont les prix sont reçus en dollars, ou en autres monnaies échangeables internationalement, supérieures à ses importations qu'elle paye en dollars ou en ces monnaies.

C'est aussi parce que la Chine communiste accumule des quantités de dollars, voire de ces autres monnaies.

Et s'il en est ainsi, c'est parce que les autorités chinoises ont réussi jusqu'à présent à fixer des prix des produits chinois à un niveau inférieur aux prix des produits non chinois comparables par la demande.

C'est aussi parce que les prix des produits étrangers importés sont inférieurs aux prix fixés des produits chinois comparables par la demande.
Bien évidemment, dans la mesure où un produit n'est pas fabriqué par la Chine, où celle-ci n'en a pas la capacité, tout se passe comme si son prix était trop élevé.


3. Quelques faits à rappeler.

Qui sait qu'en 1981, les autorités chinoises avaient fixé un prix du dollar en yuans proche de 1,5 yuans (cf. graphique ci-dessous) et qu'en près d'une quinzaine d'années, elles vont le manipuler de façon à le faire parvenir à près de neuf yuans – en janvier 1994 - ?

                               Figure 1

                     Prix du dollar en yuans
                            1980-2009



Depuis lors, elles l'ont fait rebaisser (en dessous de sept yuans en 2009).
C'est par conséquent encore une multiplication administrée, donc arbitraire, du prix du dollar en yuans par près de 4 en près de trente ans. 

Cette multiplication administrée et son résultat actuel ne sont jamais évoqués, on ne saurait trop les souligner.

Très exactement, la figure 1 fait apparaître :
- une augmentation continue du prix du dollar en yuans de moins de 2 yuans au début de la décennie 1980 jusqu'à près de 8,7 yuans en janvier 1994 – stabilité à moins de 4 yuans entre 1987 et 1989 –,
- puis une légère baisse en 1995 au dessus de 8 yuans jusqu'en 2005,
- puis une nouvelle baisse en dessous de 7 yuans en 2009.

Aujourd'hui, le prix du dollar en yuans reste largement au-dessus de ce qu'il était en 1993 (alors à moins de 6 yuans, il passe à plus de 8 yuans en janvier 1994).

En parallèle avec cette évolution, on peut bien sûr mettre l'évolution du prix du $ en francs français - FF abandonné depuis la période 01.01.1999-01.01.2002 - depuis la même époque (cf. figure 2).

                               
Figure 2

             
Prix du dollar en francs français.
                             1970-2002




Le graphique fait apparaître :
- hausse du dollar de 1980 à 1985 à 10 FF,
- baisse jusqu'en 1995 à près de 5 FF,  puis
- hausse jusqu'en 2002 à plus de 7 FF.

Pour sa part, la monnaie de l'Allemagne de l'Ouest (R.F.A.) a connu une évolution voisine de celle du FF, depuis 1980, mais dans des proportions moindres
(cf. figure 3).

                               Figure 3

                    Prix du dollar en DM.
                            1970-2002




le dollar passant de moins de 2DM à plus de 3 DM),
puis baissant à près de 1,5DM en 1995 pour remonter ensuite à plus de DM.


L'euro, créé dans la période 01.01.1999-01.01.2002, a connu une augmentation continue de 2002 jusqu'à mi 2008, de moins de 0,9 dollars à près de 1,6,
puis un mouvement brutal en 2008-09, saccadé, de baisse puis de hausse dans la fourchette "moins de 1,6, moins de 1,3 dollars"
(cf. figure 4).

                              
Figure 4

                    Prix de l'euro en dollars.
                            1999-2009




La monnaie japonaise fait apparaître un prix du dollar
qui passe de 240 yens à près de 80 entre 1980 et 1995,
puis s'inscrit sur une stabilité moyenne de 110 yens
(cf. figure 5).

                           
Figure 5

            Prix du dollar en yens japonais.
                         1970-2009





Seule parmi les monnaies échangeables internationalement historiques, la monnaie du Royaume Uni semble varier comme le dollar, surtout depuis 1990
(cf. figure 6)...

                         
Figure 6

                Prix de la livre en dollars.
                       1970-2009




Reste à considérer l'évolution du prix du dollar en or ou, plus exactement, le prix de l'once d'or (à peu près trente grammes) en dollars depuis que  le président des Etats-Unis a déclaré le dollar inconvertible officiellement en or le 15 août 1971 (cf. figure 7 ci-dessous).

                                Figure 7

               Prix de l'once d'or en dollars
                     1971-2008 (février)



En ce jour de novembre 2009, le prix de l'once d'or a atteint 1150 dollars après une hausse presque monotone depuis 950 dollars en février 2008.


4. Herméneutique primaire.

Bien évidemment, ces évolutions
depuis 1980 des prix relatifs des principales monnaies échangeables internationalement, inconvertibles en or et monopolisées par des autorités monétaires privilégiées peuvent s'interpréter de deux grandes façons selon qu'on admet que les autorités monétaires manipulent avec efficacité ou non les prix de leurs monnaies.

Si on refuse l'hypothèse, les évolutions témoignent pour le moins d'une instabilité économique que la création de la monnaie dénommée "euro" n'a en rien réduite, mais cachée.

Si on accepte l'hypothèse, les évolutions informent des choix des autorités monétaires.

Et on peut bien sûr soutenir que la réalité est intermédiaire entre les deux hypothèses.


5. Yuan/renminbi, balance commerciale de la Chine et prix fixés.

Qu'à cela ne tienne, il en est différemment de la Chine communiste qui affiche sa politique de manipulation du yuan/renminbi avec l'interdiction d'en détenir hors des frontières chinoises.

Mais si les échanges de biens et services de la Chine avec le reste du monde avaient été déficitaires, les autorités chinoises n'auraient pas démontré l'efficacité décrite.

Elles n'auraient pas pu accumuler des réserves en monnaies étrangères, principalement en dollars des Etats-Unis.

Bien plus, les échanges auraient été déficitaires si les autorités chinoises s'étaient lourdement
trompées dans la fixation des prix chinois : tant dans la fixation des prix chinois en monnaies étrangères pour l'exportation que dans la fixation des prix chinois en monnaies étrangères pour l'importation.

L'U.R.S.S. avait tenté de suivre la même démarche jusqu'à la décennie 1980 mais avec des échanges internationaux peu excédentaires, voire déficitaires. On sait ce qu'il est advenu de l'Union fin décennie 1980-début 1990.

Ce n'est donc pas le prix du yuan/renminbi en monnaies étrangères échangeables internationalement dont il convient de se préoccuper, mais des prix chinois fixés par les autorités chinoises, des prix vraisemblablement fixés en dollars, en euros, en yens, en livres, comme si le dollar, l'euro, le yen, la livre circulaient en Chine communiste.

Qu'on le veuille ou non, pour l'instant, tout se passe comme si la Chine communiste était "dollarisée" - en accord avec les Etats-Unis -, le yuan/renminbi n'étant pas une monnaie, mais jusqu'à présent une unité de "mauvais" compte. 
Il le deviendra le jour où il sera échangeable internationalement, sans entrave déterminante.


Mais on sait bien depuis les écrits de Ludwig von Mises et Friedrich von Hayek qu'à terme, une telle fixation est impossible tant son coût économique devient exorbitant
étant donnée la destruction d'informations à quoi elle se ramène.
Elle doit céder la place au processus de marché. 
Et de deux choses l'une, la transition se fait de gré ou de force.

Le principal problème économique international n'est donc pas d'abord celui des prix relatifs du yuan/renminbi, ni a fortiori celui des prix relatifs des monnaies étrangères échangeables internationalement.

C'est celui de la fixation
par les autorités chinoises des prix des produits exportés et importés, une fixation conjuguée avec la manipulation de l'unité de compte chinoise qu'est en définitive le yuan/renminbi.

Sa solution ne peut être que l'abandon de cette démarche arbitraire, la libération des prix chinois et cette dernière va de pair avec l'échangeabilité internationale du yuan/renminbi.
 


Retour au sommaire