La révolution praxéologique par Lucien POIRIER

"Il ne peut vivre et demeurer dans le poème", le génie de l'action.
Il échappe à la prise du langage grâce auquel le poète tente de déchiffrer et de dire "l'esprit" caché de "la nature".
Privilège de l'homme du verbe comme de l'homme de science, mais opérant autrement, le pouvoir d'interroger et de donner sens trouve ici sa limite : l'homme de guerre résiste à la question.
Il n'est pas un objet de pensée et de discours comme les autres, que l'on pourrait approcher et décoder en lui appliquant les grilles de lecture et d'interprétation usuelles ;
expliquer et restituer dans la langue commune.



Admirable leçon d'humilité...

En quelques vers, Hölderlin indique l'obstacle, à connaissance de l'homme, que constituent
- non seulement la manifestation insolite du génie - une singularité dans la masse -
- mais aussi l'existence d'une classe exotique de créateurs.

Sans doute, même s'il n'est pas Bonaparte - "le dieu de la guerre", pour Clausewitz - tout agissant obéit à la volonté de faire : vocation poétique.


De même que le poète opère avec et sur les mots, l'homme d'action travaille à transformer un matériau d'œuvre ; à provoquer une transition de phase entre un état de choses donné et un autre état, projeté dans le futur imaginaire.

Mais dès lors que l'objet à informer, déformer et reformer est un système dynamique de systèmes socio-politiques interactifs et d'une déroutante complexité, dès lors que la capacité de morphogenèse réside dans des forces non-ordinaires - celles de la violence armée - l'œuvre de l'homme d'action procède d'opérations mentales et physiques singulières ; si obscures même, que la restitution de ses pouvoirs d'invention et de création est hors de portée du maître du verbe.

L'action stratégique, dont la guerre n'est qu'une modalité, se découpe en effet, dans l'ensemble des activités humaines individuelles et collectives, par des déterminations et des attributs, des finalités et des modes opératoires qui lui confèrent une fonction et un sens étrangers aux travaux et jours ordinaires des sociétés.

Dans l'ordinaire de notre existence, nous pensons et agissons pour communiquer, produire, échanger, accumuler, consommer. activités positives trouvant leur sens dans l'accroissement du savoir et des "richesses" grâce auxquels nous tentons non seulement de survivre, mais aussi de vivre mieux : auto conservation et production sont les deux fonctions primaires de l'espèce, étroitement liées, en principe complémentaires, mais qui s'opposent parfois.

L'introduction des forces de violence physique dans le commerce banal des sociétés, afin de résoudre leurs crises de croissance, ne peut être qu'un motif de scandale pour la raison.
La puissance du négatif n'est pas aisément reconnue par les sectateurs du progrès.

Ils acceptent mal ce constat : tout se passe dans l'histoire comme si tout corps social ou système politique devait admettre la nécessité d'une violence collective et l'obligation de recourir, en certains moments critiques de son existence, aux moyens de la négation la plus radicale : les armes.

Par leur nature et leurs effets de mort et de destruction, elles contredisent la naturelle pulsion de faire et de construire manifestée par le jeu usuel des forces économiques et culturelles.

Cruel déterminisme historique, qui autorise l'homme des armes à se vouloir un opérateur comme les autres des nécessaires transformations du Monde : spéculant sur la fécondité du désordre et du chaos provoqués, il prétend construire en déconstruisant.

Contre l'idée reçue, il produit lui aussi : il modifie, par son intervention calculée, la pente naturelle de l'évolution des systèmes socio-politiques en état de coexistence conflictuelle.

Il peut précipiter le passage d'un Monde moribond, mais qui ne se résigne pas à mourir, à un autre jusqu'alors à l'état naissant mais qui ne parvenait pas à se former.

Mais il peut également, au service de politiques attachés à l'ordre établi, ralentir, voire interdire le changement.
Il opère en provoquant une rupture brutale dans le progrès linéaire et cumulatif ou en jouant, plus subtilement, de la menace de rupture, qui suffit à freiner un changement amorcé.

Que, par l'immixtion des forces de violence dans le travail des forces ordinaires, la stratégie produise les décisives fluctuations capables de faire bifurquer irréversiblement le cours normal des choses, voilà qui répugne à notre sensibilité et heurte notre confiance native, reposante pour l'esprit, dans les vertus d'une histoire plate, sans catastrophes ;
une histoire qui, selon le sens commun, devrait pouvoir dénouer pacifiquement ses crises et être régulée par la négociation, par la parole réduisant les tensions.

L'homme de la violence pense et agit donc à contre-courant.

Il n'existe que par le rejet, contrariant pour les belles-âmes, de l'utopie iréniste.
Parce que son action provoque l'inversion des valeurs usuelles gouvernant les relations inter-sociétés, parce qu'elle suppose une lecture pessimiste du sens de l'histoire, elle ne peut être pensée sans mauvaise conscience par les hommes de culture, qui répugnent à considérer le travail des armes comme un objet de savoir licite.

Le scrupule moral est, ici, un obstacle à l'objectivité : théologie et droit laïque de la guerre juste n'ont cessé d'être dénoncés comme les contorsions d'un réalisme pragmatique, d'une Realpolitik n'osant pas se montrer à découvert.


Comment, dans ce climat de réprobation, la pensée de l'homme armé n'aurait-elle pas été méprisée, par les penseurs patentés, comme une sous-pensée réduite au court-circuit mental par quoi le cerveau fruste résout, sans inutile réflexion - sans littérature - le problème simple et immédiat de la suppression radicale de l'autre ?

D'ailleurs, on observait que les plus grands talents militaires avaient été souvent octroyés, par un caprice incompréhensible de la nature, à des hommes ne brillant guère par "l'esprit" : Maurice de Saxe lui-même trouva plaisante son élection à l'Académie...

Longtemps, les bons esprits doutèrent donc que la pensée du soldat, jugée expéditive, méritât d'être observée.

Et pour que la pensée stratégique accède au statut gratifiant d'objet de pensée, pour que penser stratégiquement soit banalisé, aujourd'hui, dans des branches de plus en plus nombreuses de nos activités, il fallait que fussent défiés bien des tabous sociaux et surmontées bien des répugnances intellectuelles.


La révolution praxéologique.

1. Un obstacle épistémologique

L'optimisme historique et les normes éthiques ne furent pas les seuls obstacles à l'accession de la pensée stratégique au statut reconnu d'objet de connaissance.

La réflexion sur la guerre et l'art militaire -premier état de ce que nous nommons aujourd'hui stratégie - fut longtemps le domaine réservé des professionnels ;
non seulement des hommes de guerre, mais aussi des "civils" qui, comme ce fut courant dans l'Antiquité, assumèrent conjointement des fonctions politiques, administratives et militaires :
de Thucydide à Machiavel, la polyvalence fut quasiment la règle.

Puis, quand le partage sociologique des rôles s'affirma - vers le milieu du XVIIe siècle - les experts civils, qui se risquèrent avec bonheur sur le terrain de chasse des militaires, se raréfièrent.

Quels "grands noms" mentionner après Engels, Corbett, Jaurès, Delbrück, Trotsky, Lénine, dans la période 1815-1940 pourtant riche en littérature de guerre ?

Cette rareté des théoriciens civils, dans les temps modernes, confirme le peu d'attirance de ce qu'on nommera plus tard sciences humaines et sociales pour la science et l'art de la guerre, celle-ci étant pourtant reconnue comme une activité constante, universelle et souvent déterminante des sociétés.

Nous observons même que, si la philosophie, vouée à chercher les raisons des choses, n'a pas évacué le fait-conflit et le fait-guerre de ses interrogations, seules les philosophies politique et morale les ont retenus comme objets de pensée.

Si, selon Cournot, la philosophie est également "l'étude des formes de la pensée et des procédés de l'esprit humain" 1),
1) Antoine Augustin Cournot, Essai sur les fondements de nos connaissances et sur les caractères de la critique philosophique, 1851.

on ne voit pas qu'elle ait prêté une grande attention au fait que la guerre est aussi un produit de "l'esprit humain", et que faire la guerre implique des "formes" et des "procédés" mentaux particuliers.

D'ailleurs, c'est l'action en général, quels que soient ses domaines d'application, qui fut négligée par les philosophes.

Sans doute, les Grecs n'ont pas manqué d'observer que l'action impliquait une attitude d'esprit particulière ;
que la pratique finalisée, le faire affronté à des obstacles qu'il fallait surmonter pour réaliser un projet - cela peut être une définition de la stratégie - supposait un certain type d'intelligence des choses et d'opérations mentales.

Mais Platon rejette du champ philosophique, parce qu'échappant à la connaissance exacte, les productions humaines qui procèdent d'un savoir incertain, les "arts stochastiques" réductibles au savoir-faire de la technique exploitant des procédés et recettes fournis par l'expérience, par la pratique répétitive.

Même si Aristote est moins radical puisque, pour lui, l'inexact peut être objet de connaissance, le savoir sur le savoir-faire ne peut être, lui aussi, que conjectural ; et il illustre son propos en évoquant le politique dont l'action finalisée est conçue et se développe dans un milieu où rien n'est jamais stable.

Il n'est donc pas excessif de dire que
"les options qui ont alors été prises ont si fortement pesé sur le cours de la pensée occidentale qu'elles ont, à l'époque moderne encore, orienté la tradition historique et philologique dans une voie à bien des égards étroite" 2).
2) Marcel Detienne et Jean-Pierre Vernant, Les ruses de l'intelligence. La mètis des Grecs, Flammarion, coll. Champs, 1974.


L'action n'a pas donc pas été reconnue, aussi naturellement qu'on pourrait le croire, comme un objet de raison.

Tout s'est passé comme si, dans notre espace culturel originel, la grande aventure de la connaissance avait, en s'attaquant à l'objet action, buté, dès l'origine et pour longtemps, contre un obstacle épistémologique :
celui que constituent, pour l'entendement et le jugement, l'instabilité de ses déterminations et de ses attributs, sa nature foncièrement contingente et la singularité des processus mentaux requis par un faire toujours local.

Obstacle épistémologique pour une volonté de connaissance rationnelle qui percevait l'objet action comme ressortissant à "la technique" et à "l'art", alors qu'elle privilégiait l'approche "scientifique", la quête du général sous le particulier, des essences sous les accidents, et poursuivait le dévoilement des régularités cachées sous les variations des phénomènes.

2. Des pratiques à la praxéologie .

Il faudra donc attendre longtemps pour que soient surmontés le malaise, voire l'indifférence de la pensée rationnelle devant les objets de pensée flous proposés par les productions de l'agir humain, individuel ou collectif.

En outre, reconnaître que la pensée de l'action est d'une nature particulière est une chose ;
une autre, dire comment opèrent l'entendement, le jugement et l'imagination créatrice de l'agissant, et de répondre à la question fondamentale :
comment pense-t-on pour agir conformément à l'économie de l'action ?
Comment fait-on pour faire, en posant comme axiome qu'on ne fait pas n'importe quoi n'importe comment ?

Il s'agissait donc d'élaborer une problématique de la pratique, dans tous les domaines de l'activité humaine, et de constituer ce qui sera la praxéologie 3).
3) Le mot, inventé par Louis Bourdeau (1824-1900) pour désigner une Science des fonctions, sera définitivement imposé par Alfred Espinas (1844-1922), la praxéologie s'identifiant pour lui à une Technologie générale (1890).

Après les précurseurs du XVIIIe siècle - les Encyclopédistes et physiocrates, les empiristes et utilitaristes comme Hume et Bentham - des économistes et pragmatiques comme Austin, Senior, Whewell, Stuart Mill, Cournot, Dunoyer, Courcelle-Seneuil, Espinas, entreprirent, au XIXe siècle, de conceptualiser et d'établir les premières propositions sur les rapports entre action et pensée, science et art, théorie et pratique, etc. 4).
4) Pour la généalogie de la praxéologie, voir Jean J. Ostrowski, Alfred Espinas, précurseur de la praxéologie, ses antécédents et ses successeurs, Paris, librairie générale de droit et de jurisprudence, 1973. Ouvrage touffu, mais dont les références foisonnantes ...

Une nouvelle discipline émergeait dans le champ du savoir, bien qu'encore timidement :
elle figura dans la classification des sciences, exercice à la mode à l'époque du positivisme triomphant.

Observons qu'elle apparaît en même temps que la sociologie d'Auguste Comte, et cette conjonction n'est sans doute pas de hasard :
il s'agit, ici et là, d'approcher le phénomène-humain dans toutes ses dimensions, à travers toutes les activités mentales et physiques grâce auxquelles l'individu et ses divers groupes d'appartenance manifestent leur être et leur existence.

Conjonction, également, avec une philosophie politique qui ne se borne plus à décrire les systèmes de relations concevables entre les éléments des sociétés et à spéculer sur le statut idéal des institutions, mais qui entend fonder rationnellement l'action politique finalisée :
quand Marx écrit que
"les philosophes n'ont fait qu'interpréter le monde de différentes manières, mais il s'agit de le transformer" 5),
5) Karl Marx, Thèse 11 sur Feuerbach.

il rompt non seulement avec la leçon de Hegel, qu'il "remet sur ses pieds", mais, plus fondamentalement, avec la tradition platonicienne.

L'idéologie n'a de sens que par la pratique qu'elle fonde et qui accomplit son projet ;
la praxis marxiste est praxéologie associant nécessairement pensée et action, théorie et pratique qui se nourrissent dialectiquement de leurs apports mutuels et de leurs critiques réciproques.

Si la politique est projet et si le projet de l'un croise nécessairement ceux des autres coexistants, si toutes ces projections dans l'imaginaire ne s'inscrivent dans la réalité que par des actions collectives qui se rencontrent et interfèrent, s'associent ou se contrarient selon les convergences et divergences de leurs fins respectives, la politique s'accomplit par ce type particulier d'action qu'est la stratégie : celle-ci n'est que la politique-en-acte.

Si politique et stratégie sont indéfectiblement associées comme l'avers et le revers d'une monnaie, des politiques comme Engels et Lénine devaient logiquement "descendre" de la politique vers la stratégie - par le biais de la guerre, l'un des modes de la stratégie militaire - et des hommes de guerre comme Clausewitz, à travers la fameuse "formule" de Vom Kriege, et Guibert, par le Discours préliminaire, devaient non moins logiquement "remonter" de la guerre vers la politique.
Double mouvement, qui éclaire la nature et le statut épistémique de la pensée de la guerre et, plus généralement, de la pensée stratégique (dans son extension moderne) :
la problématique de la stratégie se constitue et se développe à partir des questions premières qui se posent à son interface avec la politique.

Or ces problèmes d'interface ne sont pas aussi simples que le donnait à croire la théorie clausewitzienne, qui posait une relation linéaire, transitive, de fin à moyen entre politique et guerre.

Grâce à la pensée systémique et cybernétique, nous savons aujourd'hui que le moyen agit récursivement sur la fin ;
que la guerre (ou la stratégie militaire) rétroagit sur les fins politiques initiales, qu'elle influence et peut modifier par ses conditions d'exécution et ses résultats.
Relations complexes, donc, de détermination réciproque, circulaire, entre la politique et son instrument stratégique, même si le dernier mot revient à celle-là.
Le politique peut décider de négliger les effets de récursion de l'action stratégique sur ses projets ;
mais qu'une nouvelle décision doive être prise montre bien l'existence d'une détermination réciproque associant politique et stratégie. Elles sont asservies l'une et l'autre.

Un exemple parmi d'autres :
en 1914, les exigences stratégiques du plan Schlieffen ont induit les Allemands à envahir la Belgique et à soulever ainsi le problème de l'intervention britannique qui modifiait considérablement la dimension et les fins politiques du IIe Reich dans le conflit.

Le XIXe siècle consacra donc la définitive association de la philosophie politique et de ce qu'on nomma la philosophie de la guerre 6) ;
6) L'histoire de la philosophie d'Albert Rivaud consacre le chapitre XXII de son tome V, 2e partie, à la philosophie de la guerre : les théoriciens militaires de Jomini à Clausewitz.

cela dans le moment où l'interrogation philosophique débordait de son champ traditionnel pour conférer, à la sociologie et à la praxéologie, le statut d'objets de pensée et de disciplines autonomes.

Ne peut-on voir, dans ce mouvement général de la pensée, l'une des causes de l'exceptionnelle fécondité de la pensée militaire entre 1870 et 1914 ?

L'esprit positif alors dominant a sans doute nourri, comme un bouillon de culture, la volonté générale, en Europe mais surtout en France et en Allemagne, de soumettre l'action de guerre à l'analyse rationnelle restituant la mécanique des opérations et, plus profondément, l'apprentissage et le fonctionnement intellectuels du type particulier d'agissant qu'est l'homme de guerre.

Les controverses sur la science et l'art de la guerre, sur les liens entre théorie et pratique reflétaient l'esprit de la praxéologie d'alors :
il s'agissait bien de reconstituer, en déchiffrant l'histoire militaire traitée comme un registre de protocoles d'expériences, les mécanismes du cerveau aux prises avec les problèmes de l'action.

Quand Camon "entreprend d'établir la théorie de la guerre napoléonienne, c'est-à-dire de rechercher les idées fondamentales sur lesquelles reposent les opérations et les batailles de Napoléon, et aussi les procédés techniques par lesquels il les a réalisées", il "s'impose de la construire uniquement avec les observations recueillies dans les trente-deux volumes de la correspondance de Napoléon, et dans une analyse de ses campagnes faites à la lumière de cette correspondance" 7).
7) Lieutenant-colonel Hubert Camon, La guerre napoléonienne. Les systèmes d'opérations, 1907, Avant-propos.


Il cherche donc, dans les instructions et ordres de Napoléon, dans les réflexions générales qui les accompagnent, les traces des délibérations et calculs - des computations sur lesquels se fondent ses décisions.
Il ne s'agit pas de récapituler et de décrire l'ensemble des faits et événements constitutifs d'une histoire, de reconstruire phénoménologiquement l'action achevée et déposée dans l'histoire, mais de reconstituer le système des opérations mentales concevant et pilotant un agir ;
d'analyser les processus de création du stratège œuvrant ; de répondre à la question : pourquoi et comment le génie de la guerre fait-il ce qu'il fait ?

Toutefois, c'est seulement depuis la fin du second conflit mondial que le dessein de la praxéologie s'est accompli dans la pensée stratégique, extension de la pensée militaire.

Et, là encore, ce n'est pas une rencontre de hasard si la sociologie politique et de "défense" a, simultanément, mobilisé de nombreux chercheurs : l'action politico-stratégique est collective.
Elle engage l'homme à travers ses divers groupes d'appartenance, systèmes hétérogènes dont les projets et conduites sont irréductibles à "la somme" des projets et conduites individuels 8).
8) Notons que le Traité de polémologie de Gaston Bouthoul est sous-titré : Sociologie des guerres ; et que l'auteur fut, à l'origine, un sociologue.

En inaugurant les temps nouveaux, "la bombe" a mobilisé l'attention non seulement des politiques et militaires, mais aussi des observateurs de la chose publique, sur les risques des projets et conduites politico-stratégiques aventurés.
Constamment présent dans les représentations des situations conflictuelles actuelles et futures, le risque de catastrophe nucléaire, aggravé par l'antagonisme radical Est-Ouest, ne pouvait qu'induire les Etats à tempérer leur naturelle volonté de puissance et leur agressivité.
Le problème du droit à la guerre et de la décision de guerre se posait donc en d'autres termes que par le passé.

Mieux :
toutes les décisions politiques et stratégiques des temps ordinaires devaient tenir compte du risque nucléaire dès lors que leurs implications cumulées pouvaient être le germe de crises inter-étatiques, susceptibles d'échapper au contrôle des grandes puissances.
Et si une crise se nouait ou si la dissuasion échouait, qui maintenait la stabilité dans une région sensible, les décisions prises, pour "manœuvrer" la crise ou pour piloter une guerre locale engageant les Etats nucléaires, devaient se garder d'accélérer la montée en puissance du conflit.

Ainsi, dans la mesure où l'action politico-stratégique s'est toujours résumée dans des séries enchaînées de délibérations ou computations, d'évaluations des situations conflictuelles actuelles et futures, de calculs des voies et moyens adaptés aux fins, etc. - toutes opérations suivies de décisions - le problème général de la conception de l'action et celui de la décision, qui projette l'intention dans la réalité, s'installait au cœur de la pensée stratégique contemporaine.

Conception et décision ne pouvaient plus être abandonnées à l'improvisation inspirée, fût-elle géniale. les approximations dans les évaluations, et les erreurs de jugement dans le choix de la solution optimale entre les concevables, étaient désormais trop chargées de risques prohibitifs et rendaient trop aléatoire la résolution des conflits.

En outre, le coût des moyens de l'action, aggravé par la course aux armements, s'avérait de plus en plus excessif eu égard à "la richesse des nations".

Tous ces facteurs d'aléas et de risques imposaient donc de systématiser la recherche sur les conditions de rationalité de l'action et sur les instruments intellectuels capables de les définir et de les inscrire, comme autant de contraintes, dans les nouvelles conceptions et décisions stratégiques.

Appliquée à l'action, la notion de rationalité n'est pas aussi claire qu'elle le paraît. Notion récente en stratégie, même si elle fut toujours implicite.

Naguère, la critique jugeait les conduites des chefs de guerre sur les résultats tangibles de leurs opérations :
leur réussite prouvait la validité de leur "pensée" et la rationalité des décisions s'identifiait, en fait, à l'efficacité observable des opérations physiques qu'elles avaient provoquées.

La rationalité était donc un critère de jugement ex post : la description et l'analyse critique des campagnes et des batailles passées permettaient, par exemple, de dire si les principes de la guerre avaient été respectés, si la conduite de la guerre avait observé les contraintes imposées par les finalités politiques, etc.

Aujourd'hui, devenu explicite, le critère de rationalité n'intervient plus seulement dans le jugement a posteriori des processus mentaux du stratège, dans l'accroissement et la précision du savoir sur la stratégie.

Il s'agit désormais d'accroître et d'affiner les pouvoirs du stratège agissant, et de conférer une vertu heuristique au critère de rationalité : rationalité active, que traduit bien "rationalisation".

Rationaliser l'action,
c'est soumettre les opérations intellectuelles et physiques du système actif - donc les décisions - à un ensemble de principes et de règles qui, appliquées à la computation et à la conduite des actants, traduisent les exigences et contraintes spécifiques de l'action collective finalisée, conçue et développée en milieu conflictuel ;
c'est observer un ensemble de prescriptions normatives imposées par l'économie, par la grammaire et la logique caractérisant ce type de pratique, qui est celle d'un système complexe en interaction avec d'autres et condamné à "penser" dans un brouillard d'incertitudes.

Observons que la rationalisation de l'entreprise politico-stratégique doit s'appliquer à plusieurs "niveaux" de la computation :
d'abord, dans la traduction des fins politiques en buts stratégiques (planification stratégique) et dans la comparaison des espérances de gain et des risques (espérance politico-stratégique) ;
ensuite, dans la définition des moyens de l'action qui doivent être adaptés à ses finalités (pertinence) ;
enfin, dans le calcul du rapport optimum entre l'efficacité opérationnelle de ces moyens et leur coût de réalisation et d'emploi.

3. La nouvelle boite à outils

Par la médiation de la stratégie, le rêve des précurseurs de la praxéologie s'accomplissait enfin puisque l'on tentait de répondre à la question fondamentale :
comment fait-on pour faire rationnellement ?

Que, sous la pression de l'urgence, cette question se soit posée dans le domaine politico-stratégique et, plus précisément, dans celui de la stratégie générale militaire, ne fut pas sans importance :
dans le même moment, les divers secteurs d'une activité économique de plus en plus complexe et concurrentielle s'interrogeaient également sur les conditions de rationalité de la production et des échanges.

La compétition économique et le conflit politique présentaient assez de similitudes pour que le concept et les méthodes de la stratégie, d'origine militaire, diffusent dans tous les domaines de l'activité compétitive, et même au-delà. Inversement, cette généralisation de l'esprit stratégique permettait de transférer, dans le domaine politico-stratégique, le résultat des recherches et expériences praxéologiques conduites dans les diverses branches de la production industrielle 9).
9) Le passage de M. Robert MacNamara de la Ford Motor Company au secrétariat à la défense des Etats-Unis (1961) illustre exemplairement la volonté d'introduire, dans les stratégies militaire et intégrale, des méthodes d'évaluation et des procédures décisionnelles ayant fait leurs preuves dans la stratégie économique.
Ce transfert n'alla pas sans difficultés et, au cours de la guerre du Vietnam, les militaires "de terrain" dénoncèrent les contraintes que la rationalisation systématique des choix budgétaires et l'oubli des contingences imposaient à la conduite de la guerre..



L'extension du champ de la praxéologie rationnelle par échanges systématiques entre les activités "civiles" et la stratégie politico-militaire fut stimulée, on le sait, par l'engagement de nombreux experts venus de toutes les branches du savoir pour introduire plus d'objectivité scientifique dans la problématique de "la défense", et plus de rigueur dans les évaluations et la computation stratégiques.

L'effort de tous porta d'abord sur les méthodes.
Il suffit de mentionner, en vrac, après les succès de la recherche opérationnelle,
la méthode Delphi et celle des scénarios,
l'analyse morphologique,
la méthode multicritères et des arbres de pertinence,
l'analyse de systèmes,
la théorie des graphes et la méthode PERT,
les programmations linéaire et dynamique,
le PPBS aux Etats-Unis et la RCB en France, etc.
l'invention méthodologique s'est constamment appuyée, depuis 40 ans,
sur les probabilités et les statistiques,
sur les théories des jeux, des systèmes et des modèles,
sur la pensée cybernétique, la théorie de l'information et l'attitude prospective, et - ne serait-ce que par analogies et métaphores -
sur les théories des catastrophes (morphogenèse et stabilité), du chaos (imprévisibilité des fluctuations) et des objets fractals (constructions irrégulières où domine le hasard),
sur la théorie de la complexité dynamique (structures dissipatives et phénomènes d'instabilité).

Ce rapide inventaire indique bien la tendance générale de la nouvelle praxéologie :
il s'agit de constituer la boîte à outils désormais indispensable à quiconque tente de comprendre l'action stratégique, d'expliquer ses particularités - de la théoriser - et de fournir, au praticien, des instruments intellectuels pertinents et efficaces - rationnels - pour guider ses procédures décisionnelles.

Outillage d'autant plus nécessaire qu'il faut décider sous l'empire des incertitudes, puisque celles-ci sont inhérentes à la nature d'une computation devant anticiper l'avenir - plus ou moins déterminé, indéterminé et aléatoire, selon la nature et l'évolution des déterminations (ou facteurs) de l'action - et au milieu conflictuel dans lequel se développent les dialectiques des volontés et des libertés d'action du même et de l'autre 10).
10) Dans la volumineuse littérature consacrée à la rationalisation de l'action et à la théorie de la décision, quelques titres témoignent de la valeur heuristique des disciplines auxiliaires évoquées ci-dessus :
* R.D. Luce et H. Raiffa, Games and Decisions, N.Y., 1957 ;
* Stafford Beer, Cybernetics and Management, N.Y., 1959 ;
* Ch. Hitch et R. McKean, The Economics of Defense in the Nuclear Age, Harvard, 1960 ;
* William J. Baumol, Economic Theory and operations Research, 1965 ;
* M. Olson Jr, The Logic of Collective Action, Harvard, 1965 ;
* Herbert A. Simon, "The Architecture of Complexity" dans The Sciences of the Artificial, MIT, 1968 ;
* Paul A. Samuelson, Economics, N.Y., 1970 ;
* W. Ross Ashby,
* ----------------A Design for a Brain, N.Y., 1952 et
* ----------------An Introduction to Cybernetics, Londres, 1970.
* Graham T. Allison, Essence of Decision, Boston, 1971 ;
* John D. Steinbruner, The Cybernetic theory of Decision, New Dimensions of Political Analysis, Princeton, 1974.


Le grand dessein de la praxéologie stratégique fut toujours et demeure de réduire les inconvénients de la contingence, qui caractérise tout agir ;
de pallier les erreurs de la prévision dans le flou et les turbulences ;
d'anticiper et de corriger les écarts de la conduite aléatoire ;
de piloter rationnellement les transitions de phases de systèmes politico-stratégiques instables, fluctuants, et dont l'évolution résulte de la composition de phénomènes réguliers et irréguliers.

Depuis les systèmes d'équations de Lanchester et de Richardson, la computation stratégique n'a cessé de rêver, au mieux, d'une mathématique de l'action, d'algorithmes qui ne soient pas abusivement réducteurs de la complexité dynamique ;
à défaut, de reconstituer et de modéliser la grammaire et la logique de l'action collective développée en milieu conflictuel.

Elle n'a cessé de vouloir établir les règles du calcul décisionnel au sein de la macro-machine militaire, elle-même élément de la méga-machine étatique ;
cela, en s'appuyant sur quelque procédure hypothético-déductive, corrigée par la probabilité, qu'autorise la structure modulaire et étagée des relations de détermination réciproque - de fin à moyen - entre les divers niveaux de décision-exécution du système politico-militaire.

Mais procédure fondée sur des axiomes qui fixent en amont, à l'étage de l'instance de computation et de décision suprême, le projet politique et les déterminations premières de la stratégie (par exemple : autonomie de décision et finalités des alliances, données de situation géostratégiques, contraintes de la règle du jeu, etc.).

Que cette "mathématisation" ou "logicisation" de la praxéologie stratégique trouve vite ses limites, les praticiens en furent toujours conscients.

La nature contingente et les hasards de l'action en milieu conflictuel,
la complication physique de la machinerie militaire,
la complexité d'une computation traitant des flux de plus en plus denses et rapides d'informations hétérogènes, continues et évanescentes,
les projections dans l'avenir incertain - prospectif pour la stratégie des moyens - tout conspire à sauver les apports de l'expérience.

Un temps dévalorisées par une culture stratégique que fascinait le progrès foudroyant des sciences et des techniques, l'histoire des conflits et la généalogie de la stratégie, héritières de l'histoire militaire, sont aujourd'hui réhabilitées.

Sous réserve d'une grille de lecture et d'interprétation adaptée à la nouvelle problématique politico-stratégique, l'histoire constitue un stock d'expériences assez abondantes et variées pour que leur analyse critique et comparée révèle des analogies entre les "cas concrets" passés et actuels ;
pour que les régularités, qui traversent la diversité des problèmes posés aux "anciens" et leurs solutions, autorisent des transpositions.

Que la prudence intellectuelle s'impose au raisonnement par analogie, cela va de soi ; mais l'influence des modèles et des paradigmes dans la composition des cultures stratégiques et la psychologie des actants est trop claire pour qu'elle soit sans raison.

La modélisation, par l'analogie historique, s'avère donc le complément nécessaire des modèles logiques et algorithmiques.

En outre, la pertinence, la consistance et la robustesse des théories construites, abstraitement, sur la grammaire et la logique structurant les mécanismes mentaux du stratège quelconque, doivent pouvoir être vérifiées en appliquant cette structure sur les oeuvres stratégiques et le travail créateur des actants réels, tels que l'histoire nous les dévoile.

La boîte à outils de la pensée stratégique doit bien contenir certains instruments de première nécessité constants, invariants, parmi tous ceux qui l'ont enrichie au cours des millénaires...

Axiome très contestable objecteront les contempteurs de l'histoire.

Vérifié, pourtant, par ceux-là mêmes, les plus modernistes, qui cherchent des aides à la conception - ou à la décision - et qui les attendent de l'intelligence artificielle.

Il faut bien reconstituer le fonctionnement du cerveau opérant stratégiquement avant de lui trouver un substitut électro-informatique.

Construire la matrice de conduites qu'est la machine d'inférences suppose la connaissance des procédures mentales du stratège.

Et l'exploitation du thésaurus de pratiques et de théories engrangé par la mémoire historique complète heureusement l'analyse des démarches logiques du stratège quelconque, trans-historique 11).
11) Voir Postface "Introduction à une lecture de Colin", aux Transformations de la guerre du général Jean Colin. Economica, 1989.

Plus généralement, si l'intelligence artificielle marque une nouvelle étape, encore imparfaite, dans la genèse de la praxéologie stratégique, elle confirme que la clé de celle-ci doit être cherchée d'abord dans l'intellect du stratège.

Comme tout processus d'invention ou de création, la poétique stratégique renvoie donc aux sciences cognitives : neurophysiologie, psychologie, épistémologie génétique, linguistique, sémiologie, logique, etc.

Elle pose le problème général de la connaissance du sujet à l’œuvre.

Il faut donc définir et analyser les conditions d'exercice - champ mental concerné et contraintes - , et les modes opératoires propres à l'esprit appliquant ses facultés et pouvoirs naturels, en privilégiant certains d'entre eux, à produire par l'agir stratégique.

Modes opératoires déterminés et structurés par les grandes catégories mentales spécifiques de cette pratique :
le système dynamique et la dialectique des sous-systèmes sociopolitiques même-Autre dans toute situation de conflit (positions relatives et postures des adversaires et partenaires, tensions et règle du jeu local, espérances politico-stratégiques respectives, etc.) ;
la finalité de l'agir (décomposée en fins politiques, buts stratégiques, objectifs et fonctions tactico-techniques) ;
les voies et moyens adaptés à ces fins (nature et volume des forces capables d'effets de violence physique ;
organisation systémique et emploi opérationnel, ou manœuvre, de ces forces, en vue d'assurer la circulation de l'information et de provoquer les transformations énergétiques nécessaires pour produire les effets physiques sous les contraintes du jeu d'actions-réactions du système même-Autre) ;
l'espace de déploiement de l'agir (étendue géographique, milieu - terre, air, mer - et topographie, mais aussi espace sociétal, etc.) ;
le temps (durée totale de l'action découpée en séquences d'opérations élémentaires ou praxèmes).

On voit que ces catégories ne font que singulariser celles de toute pensée praxéologique :
il s'agit toujours de définir et de respecter l'économie de l'action de systèmes dynamiques de sous-systèmes bouclés ;
d'accorder fins et voies-et-moyens selon une procédure cybernétique de détermination réciproque, récursive, et non de détermination transitive et linéaire - comme je l'ai dit à propos de l'"effet en retour" de la stratégie militaire sur la politique. démarche intellectuelle en spirale ou hélice, puisque l'action se développe dans le temps, constamment relancée par les décisions successives et prises sur l'information que fournissent la mesure et la correction des écarts constatés entre résultats obtenus et fins projetées.

C'est bien là un problème fondamental, et les recherches sur l'intelligence artificielle - et jusqu'à leurs échecs - peuvent induire la pensée de l'agir à préciser ses règles de fonctionnement optimal.

L'autre problème fondamental soulevé par la compréhension de la mécanique mentale, et que l'intelligence artificielle met en relief, est celui du langage.
Représenter et expliquer l'objet-stratégie implique la définition et l'usage de concepts spécifiques ;
non pas de concepts isolés, mais d'un corps de concepts qui se définissent autant par leurs relations structurelles - l'un par l'autre - que par leur sémantique propre.

Mais, si établir une langue rigoureuse et cohérente est nécessaire autant à la compréhension de l'objet-stratégie qu'à la circulation de l'information sans perte de sens et à la communication claire entre les actants, cette langue est vivante. elle ne cesse d'évoluer avec la pratique stratégique elle-même.

De là, la dégradation des concepts usités et leurs dérives de sens plus ou moins bien perçues, les décalages entre leur contenu sémantique et la réalité qu'ils doivent représenter.

La pensée stratégique manque alors de rigueur, nourrit les équivoques.
Le corps de concepts et les théories deviennent inconsistantes et recèlent des contradictions d'autant plus graves qu'elles sont longtemps inaperçues.
La praxéologie stratégique implique donc un incessant travail de conceptualisation, de mise à jour du langage.

Mais quoi que nous fassions pour le rajeunir, pour annuler les retards de la théorie sur la pratique et les écarts entre les concepts et les stratégies concrètes, historiques, ce langage ne peut éliminer toutes les zones de flou sémantique ni a fortiori maintenir la cohérence de la structure conceptuelle 12).
12) Voir "Langage et structure de la stratégie" dans Lucien Poirier, Stratégie théorique II, Economica, 1987.

La boîte à outils de la pensée stratégique demeure donc non seulement incomplète, mais souvent inadaptée aux exigences de la connaissance rigoureuse et de la pratique efficace.

Il aura fallu l'intervention de l'épistémologie, sa critique des instruments de la connaissance - de la représentation et de l'explication - et de ceux qu'utilise le praticien producteur des stratégies concrètes, pour que nous prenions la mesure des difficultés inhérentes au dire et au faire stratégiques.

Le passage de l'empirisme pragmatique à la praxéologie rationnelle a tempéré l'optimisme des stratèges misant sur les seules leçons de l'expérience et sur l'improvisation capable de tirer le meilleur parti de la circonstance et du hasard.

Certes, le génie trouve ses motifs d'excitation mentale dans les incertitudes mêmes de l'agir. la volonté de création la plus puissante s'impatiente donc à devoir passer sous le joug de l'épistémologie - mot barbare et inhibiteur pour une activité de l'esprit s'exerçant sous la pression de la contingence, dans un duel des volontés qui s'accommode mal de la ratiocination.

"Je ne cherche pas, je trouve", dit Picasso ; mais, par définition, le cerveau génial n'est qu'un accident de l'évolution... une catastrophe.

Le génie stratégique, lui aussi, est l'exception, et les apprentis doivent apprendre, laborieusement, à comprendre ce qu'ils font... ou tentent de faire.

Que notre savoir sur l'esprit-en-acte demeure fragmentaire et que, de l'aveu d'Hölderlin, subsiste à jamais une face cachée du cerveau concevant et décidant l'action, nous devons en prendre notre parti.

Mais que des îles de savoir émergent de notre ignorance, de plus en plus nombreuses et reliées, et qu'elles s'organisent en archipels théoriques de plus en plus vastes et cohérents, cela suffit à justifier l'aventure intellectuelle des générations de praxéologues qui nous ont précédés et celle des chercheurs que ne désespèrent, aujourd'hui, ni l'immensité du chantier ni la difficulté de soumettre la pensée stratégique à la rigueur décapante de la volonté de rationalité.

D'ailleurs, les dérives modernes du concept de stratégie, les abus mêmes de ses transferts dans les nombreux secteurs de la production humaine, individuelle ou collective, montrent éloquemment que la pensée stratégique procède d'un foyer mental, d'un "point central" commun à tous ceux que travaille la volonté de création.

Inversement, qu'un expert en poétique comme Valéry associe Bonaparte et Léonard de Vinci dans ses questions de méthode, que ses Cahiers évoquent les politiques et les militaires au même titre que les scientifiques et les artistes, suggère que toute recherche sur les processus de création trouverait profit à analyser la manœuvre de l'esprit stratégique, et qu'on pourrait concevoir une poétique générale dont la stratégique serait une variété.





Retour au sommaire IAHD