Paris, le 3 juin 2015.




Dans le billet du 25 mai dernier (cf. le texte), je me suis flatté d'un texte de H.L. Asser (Journal des économistes, mars 1893, pp.337-346) dont j'ignorai l'existence et qui me permet d'affirmer, étant donné le raisonnement du texte, qu'il n'y avait pas, alors, de différence à faire entre la vraie économie politique française et l'économie politique autrichienne, cette différence étant en vérité échafaudée depuis lors par les "historiens de la pensée économique", fondamentalement des "marxistes".

J'en avais le sentiment auparavant, mais sans justification autre.

Reste que le texte de Asser convie à des erreurs économiques résultant
- tantôt de mauvaises déductions des arguments qu'a écrits Frédéric Bastiat,
- tantôt des propos de certains des premiers autrichiens.

Je les relève ci-dessous.


1. La valeur de quoi que ce soit n'existe pas, seule la personne lui donne cette qualité.

Le fondement de l'économie politique a longtemps été la théorie de la valeur,

Dans leur majorité, les économistes dits "autrichiens" avaient bien vu, depuis Carl Menger (1840-1921) (cf. ce texte d'octobre 2014), que, seule, la personne donnait une valeur à une chose, fût-elle objet ou service, voire acte à mener (point repris par Ludwig von Mises, 1881-1973, cf. ce texte de juin 2014).

Contrairement à ce que beaucoup contemporains disaient alors, les choses ne rendaient pas de service, elles étaient serves ou, si on préfère, "non causales".

Seules les personnes jugeaient en tirer des services.

Dans Harmonies économiques, Frédéric Bastiat était d'ailleurs clair sur le point :

"... la valeur [doit] se rapporter à l'effort, expression que j'ai préférée à celle de travail comme plus générale et embrassant toute la sphère de l'activité économique" (Bastiat, 1850, p.177)

Dans cette perspective précise, selon Bastiat, la valeur à quoi donne lieu l'effort qu'a choisi de faire la personne et qui se confond avec celle-ci, est "service".

Le mot "service" renfermait tellement l'idée d'utilité qu'il n'était autre chose que la traduction en français et même la reproduction littérale du mot latin uti, servir, comme y a insisté Asser.

Et Asser a jugé qu'en partie, Böhm-Bawerk ou Wieser déformait ce principe de la valeur en tant que service.


Reste que d'autres propos de Bastiat ont conduit certains auteurs, au nombre de qui il y avait Asser, à dire que :

"On sait que Bastiat trouva l'origine de la valeur des choses dans le service qu'elles nous rendent,
là où nous combattons les obstacles qui se mettent entre nos désirs et leur satisfaction."

Ils étaient alors en opposition avec Menger.

Et, soit dit en passant, c'est ainsi que Say l'entendait comme l'a expliqué Bastiat.

Il trouvait le principe de la valeur dans les « qualités utiles, mises par la nature dans les choses elles-mêmes»*.
_____________________
* Harmonies économiques, page 162.
_____________________


Et on peut développer l'erreur.

Ainsi, dira-t-on, au point de vue philosophique, une chose est plus utile qu'une autre en appliquant cette qualification au pain utile et non pas au diamant,
mais on peut aussi entendre par l'utilité d'une chose :
l'aptitude de cette chose à remplir un certain besoin,
et alors, pour celui qui veut se parer, un diamant sera beaucoup plus utile qu'un morceau de pain.


2. Objet et service.

Grande question que se posait Bastiat et que n'évoque pas Asser:

"Faut-il voir le principe de la valeur dans l'objet matériel et, de là, l'attribuer par analogie, aux services ?

Je dis que c'est tout le contraire : il faut le reconnaître dans les services et l'attribuer ensuite, si l'on veut, par métonymie, aux objets matériels" (Bastiat, op.cit. p.170)


De plus, objet ou service ne rendent pas de service ... comme l'a écrit, cette fois, Asser qui a fait supporter le propos à Bastiat.

C'est la personne qui juge tirer des services de la chose.
 
Une chose n'a pas de valeur (d'utilité de Say), elle est le panier de services ou de valeurs plus ou moins grand ou petit que lui donne l'effort qu'a choisi de mener la personne et qui s'identifie à elle.


3. Valeur et variations de valeur.

Autre perspective précisée par Bastiat, il faut distinguer le principe de la valeur, des circonstances qui l'augmentent ou la diminuent.
Asser est muet sur le sujet.

Parmi ces circonstances, il y a les obstacles de tout genre que la personne peut estimer rencontrer dans ses actes, dans ses efforts.


Il est certain que Bastiat et les néo-économistes autrichiens évoqués par Asser trouvent l'origine de la valeur dans l'existence d'obstacles entre les besoins humains et leur satisfaction.

Mais c'est une erreur d'en déduire que les obstacles sont des valeurs et qu'on donne des valeurs aux obstacles.


4. Valeur et utilité.

Pour sa part, comme le rappelle Asser, Bastiat avait condamné l'opposition de la "valeur d'usage" et de la "valeur d'échange"*
_______________
* Harmonies économiques, page 153.
_______________

imputée encore par John Maynard Keynes (1883-1946) dans son ouvrage de 1936 intitulé Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie,  à John Locke (1632-1704);
on sait que Bastiat avait remplacé ces termes par
- utilité ("gratuite" ou "onéreuse") et
- valeur.

En raccourci malheureux, Asser dit que tout ce qui est utile pour la personne a de la valeur subjective et,
lorsqu'une chose utile n'est pas gratuite, qu'elle ne peut être obtenue sans peine, ce qui fait qu'elle est rare et qu'on apprécie le service rendu par celui qui l'importe ou la fabrique,
alors une telle chose a de la valeur d'échange.


5. Valeur subjective ou ophélimité.

Selon Asser, l'estimation personnelle est encore l'élément que les premiers économistes autrichiens ont choisi comme fondement de leur théorie, ce qu'ils nomment la valeur subjective*
________________________
* V. Böhm-Bawerk, Kapital und Kapitalzins, page 137.
________________________

comme terme plus juste pour ce qu'on appelait autrefois la valeur d'utilité.

I1 ne fut donné, selon eux, qu'aux explorateurs derniers de découvrir dans cet élément, négligé par tous leurs prédécesseurs, le porteur d'une des théories les plus importantes de l'économie politique, l'objet de lois fort remarquables,
- dont la portée dépasse de beaucoup les limites de la théorie de la valeur et
- qui servent de base à toute définition théorique de notre science*.
_________________________
*  Cf. Böhm-Bawerk, ibidem, page 136.
_________________________

 On pourrait citer bien d'autres passages encore prouvant la conviction de ces auteurs qu'ils ont réformé l'économie politique de fond en comble en prenant pour base la valeur subjective*,
________________________
* Voir v. Wieser, VII :
« II n'y a plus personne maintenant qui saurait nier que la théorie de la valeur devra être réformée de fond en comble. »
________________________,

prouvant aussi qu'ils sont très fiers de leur apparente découverte ;
entre autres, M. von Wieser écrit dans la préface de son livre Der Natürliche Werth :

 ' je peux dire qu'on n'a jamais publié une théorie de la valeur plus complète que celle que je développe ici '.


6. Valeur subjective et service.

Mais cette « valeur subjective » n'est-elle pas la même chose que le service, dont nous croyons une chose capable pour la satisfaction de nos besoins ? 

"Sans aucun doute", comme l'écrit Asser.

Et, pour insister sur le fait, je me référerai à Vilfredo Pareto (1848-1923), contemporain de Asser, qui en arrive à parler d'"ophélimité", mot original, pour bien signifier que la valeur dont il faut parler n'est pas "objective", mais "subjective" (cf. ce texte de juin 2014).

Say, Bastiat, Pareto, même combat pour l'utilité, valeur subjective.


Mais c'est une façon rhétorique, au mauvais sens du mot, de s'exprimer ainsi, façon qui conduit Asser à oublier le raisonnement et à parler de ... "chose capable".

Objet ou service, plus généralement chose, sont serves, ils ne sont pas causals, ils ne sauraient être capables...

Seule la personne est capable, i.e. susceptible de faire montre de capacités juridiques, techniques et économiques, par l'effort qu'elle mène.

Pour cette raison, il faut être réservé au propos suivant de Asser:

"... notre estimation personnelle de l'aptitude de l'objet à nous conduire au but, et notre estimation personnelle de ce but auront une grande influence sur la fixation de la valeur du service  dont nous croyons l'objet capable."


7. Chose, objet ou service, et quantité.

 L'estimation du service qu'une personne donne à la chose en sa ligne de mire dépend, comme l'écrit Asser:
- de la quantité dont elle peut disposer, et
- de la comparaison de cette chose à d'autres capables, elles aussi, de conduire au même but.

Telle est la relation économique qui existe entre la chose, objet ou service, et sa quantité.

Autant, longtemps, la chose en tant qu'objet n'a pas posé de difficulté à l'observateur qui se référait à ses propriétés organoleptiques, autant il en a été différemment pour la chose en tant que service qui a conduit l'observateur à mesurer le service par la notion de "temps" ou, si on préfère, de "durée" chère à la physique (notion que, d'ailleurs, celle-ci ne définit pas, cf. ce texte de Etienne Klein).

C'est ainsi que Marc Lassort rappelle, dans ce texte du 30 mai 2015 sur Contrepoints, que :

"L’intuition fondamentale de Böhm-Bawerk, que l’on peut également retrouver chez William Stanley Jevons, était de comprendre le capital à partir de la notion de temps, c’est-à-dire en fonction des différentes étapes temporelles qui façonnent la structure de production.

C’est pour cette raison que Böhm-Bawerk décrivait l’investissement comme un détour de production. "

Je ne peux que regretter la démarche de Böhm-Bawerk. 


La notion de temps n'a rien à faire en économie politique.
Seules importent les espérances morales de la personne sur la notion, non pas la notion. 

A fortiori, parler d'équilibre économique à court ou long terme transforme l'économie politique en astrologie!


8. La loi de l'économie et ce qu'on dénomme "monnaie".

Permettez-moi la paraphrase suivante d'un propos de Asser:

… "Dans ce temps où chacun raisonne et déraisonne sur les questions [monétaires] les plus graves, les prétentions des économistes ne peuvent que diminuer encore le peu de confiance que le peuple met dans notre science."


J'y ai remplacé le mot "social" qu'il utilise par le mot "monétaire".

Bastiat, que reprend Asser sur le point, l'avait dit plusieurs fois expressément :

"... c'est dans l'amoindrissement successif de la valeur que le progrès de l'humanité consiste."

Et cette loi de l'économie qu'est l'amoindrissement de la valeur, est totalement ignorée, au moins aujourd'hui (cf. ce texte).

On ne sait plus que les premiers mécaniciens (des XVIIème-XVIIIè siècles) avaient pour point de départ de leur démarche, l'idée que la Nature faisait toutes choses
- soit avec le moindre temps,
- soit avec le moindre effort,
- soit avec la moindre action (cf. ce texte).
Encore aujourd'hui, des mécaniciens quantiques s'interrogent sur la "moindre action" dans leurs travaux (cf. Roland Omnès, 1994).

A la place, on cherche, par exemple, à donner à ce qu'on dénomme "monnaie", des réalités les plus farfelues qui soient (cf. ce texte de mars 2012), tout en faisant oublier les destructions juridiques que les hommes de l'état ont effectuées dans le domaine tout au long du XXème siècle, ce qui a créé un fossé entre les économistes majoritaires d'avant 1930 et ceux d'après.

Pourtant, jusqu'à la décennie 1930, ce qu'on dénommait "monnaie" avait contribué "à amoindrir la valeur", il était une illustration évidente de la loi de l'économie.

La marchandise intermédiaire qu'étaient la monnaie ou ses substituts bancaires fin XIXème-début XXème siècles, n'avait rien à voir avec ce que des économistes post-décennie 1930sont parvenus,
- d'une part, à faire dénommer, comme aujourd'hui, "réserve" ou "liquidité" et,
- d'autre part, à relier aux taux d'intérêt des instruments financiers.


9. Un dernier mot.

Le jeu des hommes de l'état est, semble-t-il, de faire croire aujourd'hui que ce qu'on dénomme "monnaie" tient de la finance, voire de l'assurance, domaines récents de l'économie politique - alors qu'il n'en est rien -, et surtout qu'ils peuvent "gérer" sa quantité, par exemple aujourd'hui, au travers de ce qu'ils dénomment un "quantitative easing program" ou un "asset-purchase program" (cf. ce texte de Draghi du 3 juin 2015 ou celui-ci du même jour), façon de ne pas parler de la monétisation de faux droits à outrance!

Folle thèse, foutaise.






Retour au sommaire.