Paris, le 20 juin 2015.






Quitte à vouloir définir ce qu'on dénomme "monnaie" aujourd'hui (sigle "C.Q.D.M.A."), ce qui n'est guère habituel comme le regrettait déjà Henri Guitton en 1979 dans le livre De l'imperfection en économie, faut-il le définir, par exemple, en termes de "prix" ou en termes de "coût", étant entendu que "prix" et "coût" font deux?

Soit dit en passant, il nous paraît important de souligner que "prix" et "coût" sont deux notions de même nature économique.
Seulement, si le premier situe d'emblée ex post, à savoir une fois la marchandise échangée, selon une certaine organisation, à un prix en monnaie, le second situe soit ex post, soit ex ante et, dans le cas où il est pris ex ante, ses effets dans l'avenir doivent être espérés avec incertitude par les personnes (cf. ce texte d'avril 2015 ou ce texte de février 2015).


1. Première définition.

A la fin du XIXème siècle, Vilfredo Pareto avait choisi de répondre à la question en mettant l'accent sur les "prix" des marchandises.
Il écrivait ainsi, dans son ouvrage de 1896-97, intitulé Cours d’économie politique :

« 269. Une marchandise en laquelle s'expriment les prix des autres marchandises, est un numéraire ou une monnaie.
Le numéraire se distingue de la monnaie en ce que
- la monnaie intervient matériellement dans les phénomènes économiques, et
- le numéraire n'intervient pas matériellement.[...] » (Pareto, 1896-97, §269)

En d’autres termes, en théorie, certaines marchandises - qu'on précisera être "intermédiaires" - sont des monnaies et non pas l’inverse, les monnaies ne sont pas des marchandises…

. Monnaie et théorie économique.

Cette définition de la monnaie présente l’intérêt de s’inscrire dans la théorie économique et de faire référence à des notions d’icelle (marchandises et prix en marchandise), contrairement aux définitions habituelles, jusqu'à aujourd'hui inclus, qui sont des métaphores, des mots de rhétorique "au mauvais sens du mot", quand ce n'est pas pire, comme:
- d'un côté, les mots ou expressions de vendabilité, pouvoir d'achat ou échangeabilité,
- de l'autre, les mots de fonctions, ou bien facilité, obstacle, barrière, friction, voire imperfection.

En tous les cas, la définition de la monnaie porte sur des résultats, ceux des prix en marchandise et donc des actes d’échange indirect désirés des personnes, envisagés ex post, que sont les marchandises échangées (offertes ou demandées) à ces prix.

Elle ne fait pas référence à l’acte d’échange indirect potentiel de marchandises, ex ante, au pouvoir d‘échange, à l’échangeabilité marchandise-
monnaie ou monnaie-marchandise, bref aux résultats attendus avec incertitude de ces échanges par les personnes.


2. Définition en termes de "coût".

Or on peut vouloir définir la monnaie par cet acte d’échange indirect ex ante car, grande différence alors : l’acte d’échange indirect potentiel peut ne pas déboucher sur un accord d’échange des parties (soit à la première fois, cas de l'offre de marchandises, soit à la seconde, cas de la demande de marchandises) et, dans ce cas, il laisse entrevoir surproduction, sous consommation, etc. selon la théorie économique préférée.

La définition de la monnaie que je propose s'en inspire.

Elle est à la fois différente des mauvaises définitions habituelles, mais aussi de la définition à la façon de Pareto même si, comme la définition de Pareto, elle fait intervenir uniquement des notions économiques et non pas des métaphores, des mots de rhétorique "au mauvais sens du mot".

La définition de la monnaie que je propose consiste à dire que la valeur qu’est la monnaie, est une "marchandise intermédiaire"
- qui a amoindri le coût subjectif de l’échange indirect des marchandises que se forment les personnes,
- après lui avoir fait prendre, à l'origine de son existence, la place de l’échange … direct de marchandises.

Je mets ainsi en regard l'acte d'échange indirect de marchandises, le coût subjectif qui lui donne la personne, qui n'est jamais qu'un aspect de la valeur, et la marchandise intermédiaire "monnaie" (cf. ce texte de juillet 2014).

Je prends garde de ne pas confondre ce qui a pu être écrit sur la question du coût de l’échange (cf. Allen, 1999) et ce qu’en a écrit Buchanan (1969 ou 1984).

On reste ainsi dans la théorie économique, mais, comparées aux notions de Pareto, les notions employées sont différentes.
Le choix théorique n'est pas le même.

Reste que les monnaies sont des valeurs, quand elles ne mesurent pas tout simplement celles-ci (cf. Menger 1892 ou ce texte de mars 2015)…

. La loi de l'économie.

En m'exprimant ainsi, je considère que j'applique la notion discernée par Frédéric Bastiat en 1850 qui voulait que :

"... c'est dans l'amoindrissement successif de la valeur que le progrès de l'humanité consiste." (cf. ce texte de mai 2015 ou celui-ci).

La valeur à quoi faisait allusion Bastiat recouvrait le coût subjectif de l'acte d'échange.
Son amoindrissement témoignait implicitement de la réalité de la "loi de l'économie" (cf. ce texte).

Et cette loi de l'économie est totalement ignorée, au moins aujourd'hui, par un grand nombre de gens.

Il faut le regretter car la « loi de l’économie » a été le principe philosophique à partir de quoi les physiciens du XVIIIème siècle ont découvert ce qui allait devenir la "mécanique classique".
Ils partaient du principe que "la Nature" menait toutes ses actions au moindre temps, au moindre effort ou à la moindre action (cf. Omnès 1994).

Et, aujourd’hui, les propos un peu rapides de certains, économistes ou non, ne parlent plus d’"économie", mais de "mécanique" ! Le serpent se mord la queue...


3. Un dernier mot.

Fort de ces notions, C.Q.D.M.A. apparaît ainsi comme une illustration de la « loi de l’économie » ou, si on préfère, comme une variation orientée de la valeur qu'est le "coût subjectif de l'acte d'échange indirect".

Si le coût subjectif de tel ou tel acte d'échange direct de marchandise est jugé "trop élevé", il n'y aura pas d'échange ou, le cas échéant, des inventions seront recherchées pour que les marchandises deviennent davantage "échangeables", d'une autre façon.

Une fois l'échange indirect de marchandises inventé et une ou plusieurs marchandises intermédiaires choisies comme "monnaies" à la place de l'échange direct, le coût s'avère significativement amoindri pour les personnes, l'échange indirect des marchandises est développé. 

C.Q.D.M.A. "€uro" est encore, semble-t-il, pour l'instant, dans ce cas de figure.




Retour au sommaire.